•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vote pour tous, une question d’accessibilité

Un panneau publicitaire de la campagne provinciale Disability Matters 2019 au Manitoba.

De nombreux outils et services sont mis à la disposition des Canadiens handicapés en prévision des prochaines élections fédérales.

Photo : CBC/Tyson Koschik

Daniel Blanchette Pelletier

Voter, pour les personnes handicapées, devrait en principe être plus simple lors du scrutin du 21 octobre. De nouvelles mesures d’accessibilité ont été mises en place par Élections Canada. Survol des nouveautés en vigueur pour les élections de 2019.

Un électeur canadien sur cinq signale avoir un handicap, ce qui représente plus de 6 millions de personnes pour qui le droit de vote peut être parsemé d'embûches.

Ces personnes sont sous-représentées parmi les votants et leur taux de participation est en effet faible comparativement à l'ensemble des Canadiens.

Les personnes handicapées sont parmi les dernières à avoir obtenu le droit de vote au Canada. Cela s'est produit aussi tard qu’en 1993, lorsque le Parlement a éliminé l'exclusion pour cause d'incapacité mentale et pour restrictions dans [leur] liberté de mouvement de la Loi électorale du Canada.

Tous les Canadiens, même ceux qui présentent un handicap, ont depuis le droit de voter, même si, 25 ans plus tard, des ajustements sont encore nécessaires, rappelle René Binet, directeur général du Regroupement des personnes handicapées visuelles (Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches).

Tout citoyen, peu importe sa limitation, peu importe sa condition, a le droit de s’exprimer.

René Binet, Regroupement des personnes handicapées visuelles

Des efforts ont toujours été faits pour leur permettre de voter, explique-t-il.

Mais à la suite de l’élection de 2015, des problèmes ont été constatés à l’échelle du Canada, poursuit-il. Élections Canada venait pourtant de mettre sur pied, un an plus tôt, un comité consultatif sur les questions touchant les personnes handicapées.

Si certains bureaux de scrutin étaient entièrement accessibles, d’autres l’étaient à peine. Il fallait donc uniformiser les mesures et en introduire de nouvelles. Le comité s'est depuis réuni à plusieurs reprises pour faire en sorte que les élections de 2019 soient encore plus accessibles, poursuit René Binet, qui en fait partie.

Une liste de 11 priorités a été remise à Élections Canada, qui a mis en application plus de la moitié de celles-ci en vue du scrutin d’octobre.

On est satisfait. Mais reste à voir si elles seront réellement appliquées.

René Binet, Regroupement des personnes handicapées visuelles

Des bureaux de vote accessibles

Un électeur entre dans un bureau de vote avec une marchette sur roue.

La loi électorale prévoit que tous les bureaux de vote doivent être accessibles à toute personne handicapée.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

La Loi électorale du Canada prévoit que tous les bureaux de vote doivent être accessibles à toute personne handicapée.

Une liste de 35 critères a été établie, parmi lesquels 15 sont obligatoires pour qu’un bureau de vote soit retenu. Il doit entre autres être muni d'une rampe d’accès et de portes faciles à ouvrir afin qu'un fauteuil roulant puisse y accéder.

La salle de vote doit aussi se trouver au même niveau que l'entrée. On prévoit d’ailleurs un travailleur électoral pour accueillir et soutenir les personnes qui en ont besoin.

Ça ne veut pas dire que le bureau de vote est à proximité. C’est important qu’un travailleur électoral à l’entrée puisse guider une personne atteinte d’un handicap visuel, illustre René Binet.

Élections Canada encourage les électeurs à être accompagnés de leur animal d’assistance.

Tous les travailleurs électoraux doivent également recevoir une formation sur des sujets tels que l’accessibilité et la sensibilité envers les personnes ayant des capacités différentes. Ces dernières sont d’ailleurs invitées à solliciter l’aide du scrutateur pour voter.

Elles peuvent également être accompagnées d’un parent, d’un conjoint ou d’un partenaire de 18 ans et plus pour leur apporter cette aide après avoir prêté serment. Ce proche peut même aider plus d’un électeur.

Un ami ou un aidant, au contraire, ne pourra assister que la personne qu’il accompagne.

En cas de besoin, des électeurs peuvent également demander à Élections Canada les services d’un interprète linguistique ou visuel qui sera présent à leur bureau de vote le jour du scrutin. La demande doit être formulée avant 18 h, le 15 octobre.

Une fois présent, l'interprète peut aider plus d’un électeur en offrant une traduction en langue des signes québécoise ou en langue des signes américaine pour l’anglais.

Un bulletin de vote adapté

Une loupe, un gabarit, deux crayons et un isoloir.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Voici quelques-uns des outils mis au point par Élections Canada.

Photo : Élections Canada

Plusieurs outils et services sont dorénavant mis à la disposition des électeurs handicapés dans tous les bureaux de vote du Canada :

  • loupes lumineuses (grossissement 4 fois) - 47 000
  • gabarits de vote en braille avec fonctions tactiles - 50 000
  • listes des candidats en gros caractères (grossissement 2,5 fois)
  • listes de candidats en braille
  • isoloirs laissant passer plus de lumière - 91 000
  • gros crayons - 300 000

Tous ces outils sont plus que nécessaires, selon René Binet.

Les loupes et les listes de candidats en gros caractères et en braille permettent en fait de bien connaître les candidats pour se rendre par la suite dans l’isoloir avec un gabarit pour voter pour le candidat correspondant, explique-t-il.

Quant aux crayons, qualifiés auparavant de « terribles » par une autre membre du comité d’Élections Canada, Jewelles Smith, ils offrent dorénavant une meilleure prise, permettant de marquer son bulletin de vote plus aisément.

Le bulletin de vote lui-même a subi des modifications depuis 2015 pour le rendre plus accessible. Le texte est plus gros et peut être lu par un lecteur d’écran.

Les personnes ayant un handicap visuel ont donc la possibilité d’apporter leur dispositif d’assistance afin de voter de façon autonome. Elles peuvent aussi utiliser leur propre crayon.

Un bulletin de vote avec la photo des quatre candidats.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ajout des photos des candidats sur les bulletins de vote fait souvent partie des recommandations pour rendre le scrutin pour accessible.

Photo : Radio-Canada / Daniel Gagne

Les recommandations du Comité consultatif sur les questions touchant les personnes handicapées allaient toutefois encore plus loin. On proposait entre autres de mettre les photos des candidats sur le bulletin de vote.

L'ajout d'images aux bulletins de vote revêt une importance particulière pour les personnes vivant avec une déficience intellectuelle, ayant des troubles d'apprentissage ou atteintes de troubles neurologiques, de lésions cérébrales ou de troubles cognitifs, note l’activiste Megan Linton, dans une lettre ouverte publiée à CBC.

Cette mesure nécessiterait toutefois, selon Élections Canada, des changements législatifs. Et quand on arrive au niveau législatif, ça devient plus compliqué, convient René Binet.

Un tel changement ne constituerait pas simplement une décision administrative à prendre par Élections Canada, mais nécessiterait des modifications à la Loi électorale du Canada, ce qui est entre les mains des parlementaires, complète Élections Canada.

Permettre aux personnes handicapées de voter par téléphone ou électroniquement était un autre souhait exprimé par le comité.

Veuillez noter que la plupart des services et outils – mais pas tous – sont disponibles le jour du scrutin ainsi que les journées prévues de vote par anticipation. Ces renseignements devraient figurer sur la carte d’information de l’électeur et indiquer la façon de s'en prévaloir.

Voter autrement

Entre-temps, Élections Canada propose toutefois plusieurs options aux électeurs qui sont limités dans leurs déplacements et qui ne peuvent pas se rendre à leur bureau de vote.

Il est possible de voter par la poste, à condition d’en faire la demande avant le 15 octobre à 18 h. Une trousse de vote par bulletin spécial sera acheminée au domicile de l’électeur, qui doit simplement s’assurer de retourner le bulletin de vote au plus tard le 21 octobre.

Élections Canada dispose également de bureaux de scrutin « itinérants » dans certains hôpitaux, établissements de soins de longue durée et résidences pour personnes âgées. Sinon, un travailleur électoral peut effectuer le déplacement.

Élections Canada se rend même parfois à domicile, lorsqu’il n’y a aucune autre possibilité, pour que la personne puisse voter. La demande doit aussi se faire au moins six jours avant le scrutin.

Les électeurs reçoivent alors un bulletin de vote conventionnel, ou encore un bulletin de vote blanc, où il suffit d'inscrire le nom du candidat désiré.

Notre dossier Élections Canada 2019

En phase test

Il y a de gros efforts qui sont faits. Si tout est mis en place et fonctionne, on aura vraiment un gros pas de fait.

René Binet, Regroupement des personnes handicapées visuelles

Pour s’en assurer, tous les membres du Comité consultatif sur les questions touchant les personnes handicapées doivent remplir un journal de bord sur le déroulement du scrutin.

Ils auront aussi à consulter leur communauté pour avoir leurs feedbacks, poursuit René Binet. Le but? Voir ce qui a bien fonctionné et ce qui pourrait être amélioré en vue des prochaines élections générales. Le comité devrait d’ailleurs se réunir de nouveau en février afin de faire le point.

D’année en année, on essaie d’éliminer le plus d’obstacles possible pour qu’à chaque élection, ça s’améliore, conclut René Binet.

La prochaine étape, selon lui, serait d’adapter la carte d’information de l’électeur pour qu’elle lui arrive dans le média adapté, en gros caractères ou plus spécifiquement en braille.

Cette modification serait par contre plus ardue à obtenir, puisque la déclaration de revenus fédérale devrait être adaptée pour obtenir des informations supplémentaires sur les électeurs.

Et pour les candidats?

Jérôme Plante marche dans une rue de Montréal.

Jérôme Plante, qui a un handicap visuel, dénonce l’installation de pancartes trop bas dans la région de Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Il n’y a pas que pour les électeurs que la campagne 2019 est plus accessible.

Les candidats des différents partis politiques profitent également de nouvelles mesures cette année. Jusqu’à 90 % des coûts supplémentaires pour rendre leur campagne plus accessible leur sont remboursés – jusqu’à concurrence de 5000 $.

Élections Canada rembourse également les coûts supplémentaires associés à la candidature d’une personne handicapée.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique