•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de Kurdes d'Irak manifestent contre l'opération turque en Syrie

Une foule kurde brandissant des drapeaux et des affiches à bout de bras.

De nombreux Kurdes ont pris la rue pour protester contre l'offensive turque en Syrie, comme ici à Erbil au Kurdistan irakien.

Photo : Reuters / AZAD LASHKARI

Agence France-Presse

Des milliers de Kurdes irakiens ont conspué jeudi le président turc Recep Tayyip Erdogan, dénonçant l'offensive lancée la veille par Ankara dans le nord-est de la Syrie contre une milice kurde.

À Souleimaniyeh, dans l'est de l'Irak, environ 5000 manifestants kurdes irakiens ont défilé au cri de Erdogan dictateur, dénonçant une offensive qui va, selon eux, renforcer les djihadistes du groupe État islamique (EI), a rapporté un correspondant de l'AFP.

En demi-cercle, des manifestants kurdes brandissent des drapeaux.

Près de 5000 Kurdes ont manifesté à Souleimaniyeh, en Irak.

Photo : Reuters / AKO RASHEED

Ankara a lancé mercredi une campagne contre les Unités de protection du peuple (YPG), considérées comme terroristes par Ankara mais soutenues par les Occidentaux, car elles constituent au sein des Forces démocratiques syriennes (FDS) le fer de lance de la lutte contre l'EI en Syrie.

À Erbil, capitale du Kurdistan autonome irakien, des centaines de manifestants sont également sortis, en majorité des réfugiés kurdes de Syrie, a constaté un photographe de l'AFP.

Des Kurdes manifestent en tenant des drapeaux à Erbil, en Irak.

Des Kurdes manifestent devant le siège de l'ONU à Erbil, capitale du Kurdistan autonome irakien.

Photo : Reuters / AZAD LASHKARI

Ils ont d'abord manifesté devant le siège de la représentation de l'ONU à Erbil avant de prendre la direction du consulat de Turquie, qu'ils n'ont pu approcher en raison d'un cordon de sécurité des forces de l'ordre.

Sous des drapeaux du Kurdistan et des YPG, ainsi que des portraits du chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, qui mène une guérilla sur le sol turc) Abdullah Öcalan, ils ont également brûlé des drapeaux turcs.

Mercredi soir, le président irakien Barham Saleh, lui-même kurde, avait estimé que l'offensive militaire turque allait causer des souffrances humanitaires et renforcer les groupes terroristes, alors que Bagdad s'est déclaré vainqueur de l'EI sur son sol il y a moins de deux ans.

Conflits armés

International