•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camionnage restreint sur Champlain : aucune amende en 8 ans

Des camions face sur le boulevard Champlain près de la Traverse Québec-Lévis.

La circulation est restreinte aux poids lourds de 4500 kg et plus sur le boulevard Champlain, du printemps à l'automne.

Photo : Radio-Canada

David Rémillard

Bien que le camionnage soit restreint sur le boulevard Champlain et dans le Vieux-Port, la police de Québec n'a remis aucune amende en huit ans à des conducteurs de véhicules lourds qui circulaient dans le secteur.

Cette situation soulève des questions sur l'application du règlement, d'autant plus qu'une piétonne est récemment décédée dans le Petit Champlain, happée par un camion.

L'enquête sur le drame survenu le 12 septembre n'est pas encore terminée. La cause exacte de cette collision mortelle entre un poids lourd et une femme de 31 ans qui se trouvait sur le trottoir n'est pas encore connue. Rien n'indique pour le moment que le camionneur n'était pas en droit de se trouver sur le boulevard Champlain au moment de l'impact.

Reste que le camionnage est bel et bien limité dans le secteur du Petit Champlain et dans le Vieux-Port, du 15 mai au 31 octobre, et qu'il semble y avoir très peu de surveillance.

Le règlement est en place depuis 2010, à la suite d'un projet pilote mené en 2008 lors des Fêtes du 400e de Québec. L'initiative avait émané du Conseil de quartier du Vieux-Québec, qui s'inquiétait de la cohabitation entre les festivités et les poids lourds.

Les lignes blanches montrent les traces du passage du poids lourd sur le trottoir, où la victime se trouvait, le 12 septembre

Les lignes blanches montrent les traces du passage du poids lourd sur le trottoir où la victime marchait, le 12 septembre.

Photo : Radio-Canada

En vertu du Règlement sur la circulation et le stationnement de la Ville de Québec, les camions lourds (plus de 4500 kg) n'ont pas le droit de circuler sur le Quai Saint-André, sur la rue Dalhousie et sur le boulevard Champlain jusqu'à la côte Gilmour. Ce tronçon, bout à bout, fait un peu plus de 4 km.

Seuls les camions qui ont à effectuer une livraison locale et qui n'ont pas d'autre option que d'emprunter ces artères peuvent s'y engager. Le camionnage dit de transit, qui ne fait que passer sans s'arrêter, est interdit pendant la période précisée au règlement.

La jeune femme happée le 12 septembre, un jeudi, marchait en plein cœur de cette zone. Elle se trouvait dans l'une des deux courbes à 90 degrés devant la Traverse Québec-Lévis. Il était 17 h 30.

Les camions lourds, à l'exception de ceux qui doivent y effectuer une livraison, n'ont pas le droit de circuler sur 4 kilomètres, du boulevard Champlain jusqu'au pont-tunnel Joseph-Samson.

Les camions lourds, à l'exception de ceux qui doivent y effectuer une livraison, n'ont pas le droit de circuler sur 4 kilomètres, du boulevard Champlain jusqu'au pont-tunnel Joseph-Samson.

Photo : Radio-Canada

De rares amendes

Radio-Canada a appris en invoquant la Loi d'accès à l'information qu'aucune amende n'avait été imposée à des camionneurs ces huit dernières années en vertu de ce règlement.

Selon des données de la Ville de Québec, seuls six constats d'infraction ont été remis à des conducteurs de poids lourds dans la zone restreinte depuis l'application du règlement, soit 5 en 2010 et 1 seul en 2011.

Les conducteurs ont été interpellés en vertu du Code de la sécurité routière pour non-respect de la signalisation.

La Ville n'a pu confirmer hors de tout doute que ces infractions concernaient bel et bien la circulation de transit. Une situation qui s'explique par le fait que l'article du règlement n'est pas assorti de dispositions pénales (d'amendes). Il ne se retrouve donc pas sur les constats d'infraction.

Un proche s'interroge

Ces rares interventions de la police soulèvent des questions chez un proche de la victime de l'accident du 12 septembre, à savoir notamment si le règlement est appliqué. Ce dernier a requis l'anonymat avant de s'exprimer.

Le camion faisait-il une livraison dans le secteur ou ce trajet était-il choisi pour sauver du temps en transit vers Charlevoix?, se demande-t-il.

La compagnie de transport n'a pas rappelé Radio-Canada pour répondre à cette question.

Il me semble que le bon sens élémentaire dicte que ce secteur urbain achalandé n’est pas adapté à un tel véhicule, en particulier à l’heure de l’événement.

Un proche de la victime

Le conseiller municipal du district Cap-aux-Diamants, Jean Rousseau, partage certaines de ces interrogations.

Selon les échos qu'il obtient des citoyens, il constate qu'il y a une impression que la réglementation n'est pas appliquée, ou du moins que les interventions envers les camionneurs sont très rares, voire inexistantes.

La Ville agit

La Ville de Québec n'a pas attendu le dénouement de l'enquête sur la collision du 12 septembre pour lancer des travaux de correction, a-t-on également appris.

La Ville effectue présentement des relevés dans le secteur pour documenter la circulation des camions. Une campagne d’information auprès des transporteurs est prévue au printemps prochain, indique David O'Brien, porte-parole de la Ville.

Même que la l'administration municipale songe à renforcer sa réglementation.

Une réflexion sera réalisée au cours des prochains mois pour analyser la faisabilité de renforcer la réglementation.

David O'Brien, porte-parole, Ville de Québec

À plus court terme, la Ville va renforcer la signalisation dans le secteur du boulevard Champlain et du Vieux-Port à l’intention des véhicules lourds, ajoute le porte-parole.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), responsable de l'application du règlement, n'a pas été en mesure de dire si des efforts ont été consacrés spécifiquement au boulevard Champlain et au Vieux-Port ces dernières années pour faire respecter les règles.

En 2019, les policiers ont fait près de 75 heures dédiées au respect du code la sécurité routière des véhicules lourds, a-t-on fait savoir, sans préciser le type de vérifications ou les lieux.

Cela équivaut à moins de 8 heures par mois pour l'ensemble du territoire sous sa juridiction.

La Ville a par ailleurs présenté récemment sa Stratégie de sécurité routière 2020-2024. Elle a l'intention de créer un Bureau de la sécurité routière. Une vingtaine de policiers spécialisés seront formés.

Avec la collaboration de Fanny Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Prévention et sécurité