•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre de l'Éducation sur la défensive après le meurtre d'un élève

Stephen Lecce en conférence de presse.

Le ministre ontarien de l'Éducation, Stephen Lecce.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, refuse de dire si du personnel scolaire sera sanctionné à la suite de la mort d'un élève de Hamilton, victime d'intimidation selon sa mère, qui a été poignardé à l'extérieur de son école.

Deux jeunes hommes de 14 et 18 ans sont accusés de meurtre prémédité.

La victime, Devan Bracci-Selvey, avait 14 ans. Il a été attaqué mortellement, lundi, à la sortie de son école secondaire, Sir Winston Churchill.

Devan Bracci-Selvey portant une casquette, une chemise bleue et une cravate.

Devan Bracci-Selvey a été poignardé à mort près de son école secondaire, lundi à Hamilton.

Photo : Fournie par la famille Selvey

Selon sa mère Shari-Ann, Devan a commencé à être victime d'intimidation dès le deuxième jour d'école. Ils n'ont cessé de le harceler depuis [...] il a manqué beaucoup de cours, il m'appelait, j'allais le chercher et parfois il refusait d'y aller, a-t-elle raconté.

La mère a ajouté que la direction d'école était au courant de la situation, mais que « personne n'est tenu responsable ».

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, admet « qu'on doit faire plus pour former nos leaders dans les écoles ».

Toutefois, il refuse d'« émettre un jugement » ou de discuter de sanctions possibles avant la fin de l'enquête policière.

Manny Figueiredo, le directeur de l'éducation du Conseil scolaire public Hamilton-Wentworth, auquel appartient l'école Sir Winston Churchill, confirme que la mère de Devan avait parlé à l'établissement des problèmes de son fils. M. Figueiredo dit que le Conseil collabore avec la police, en plus de mener une investigation interne.

Le ministre Lecce a aussi esquivé, jeudi, les questions quant au sort des gestionnaires de l'École St. Michael's de Toronto, dont trois anciens élèves ont plaidé coupables la semaine dernière à une accusation d'agression sexuelle armée sur d'autres élèves lors de séances d'initiation sur le campus.

Le directeur de l'institution à l'époque, Greg Reeves, avait démissionné l'an dernier; il avait admis qu'il n'avait pas appelé la police immédiatement après avoir été mis au courant des allégations.

De l'argent pour la santé mentale

Le ministre Lecce a profité de la Journée mondiale de la santé mentale, jeudi, pour annoncer du financement supplémentaire en matière de santé mentale chez les jeunes.

Parmi les investissements annoncés :

  • 25 millions de dollars pour garder en poste de façon permanente 180 travailleurs sociaux, psychologues et psychothérapeutes dans les écoles secondaires
  • 6,5 millions de dollars pour le conseil scolaire public Hamilton-Wentworth auquel appartient l'école Sir Winston Churchill que fréquentait l'adolescent poignardé à mort cette semaine
  • 245 000 $ pour mieux former les directions d'école en matière de cyberintimidation

M. Lecce dit qu'il a l'intention de communiquer avec la famille Bracci-Selvey au cours des prochains jours.

Ni l'Ordre des enseignants de l'Ontario ni les conseils scolaires Viamonde et MonAvenir n'ont voulu commenter la mort du jeune Devan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Éducation