•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vol de données au Mouvement Desjardins : des entreprises de Québec visées par la police

Le Complexe Desjardins, à Montréal.

Le Complexe Desjardins, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Éric Plouffe

Des entreprises du secteur des prêts personnels, du financement hypothécaire et de l'assurance de la région de Québec ont été ciblées il y a près d'un mois par les enquêteurs de la police chargés de faire la lumière sur le vol de données personnelles de près de 3 millions de clients du Mouvement Desjardins.

Radio-Canada a appris que plusieurs employés de compagnies oeuvrant dans ce domaine dans la région de Québec ont été réveillés brusquement par des policiers le matin du 17 septembre, peu avant 6 h. Ils ont été interrogés en lien avec l'enquête sur le vol de données au Mouvement Desjardins. Un des bureaux où travaillent ces employés aurait aussi été visité par les enquêteurs.

Ils [les enquêteurs] ont posé des questions sur ce qu'on faisait et avec qui on a travaillé, a confié l'un de ces employés qui ne souhaite pas dévoiler son identité et qui a affirmé que les questions étaient en lien avec l'enquête sur le vol de données personnelles au Mouvement Desjardins.

Un autre employé a confirmé qu'il a été, à l'instar de plusieurs autres collègues, interrogé à son domicile par les policiers le 17 septembre dernier.

Aucun des dirigeants des compagnies visées n'a répondu à nos appels et aux messages que nous leur avons laissés, sauf un qui s'est limité à dire : Je ne peux pas commenter.

Selon nos sources, ces dirigeants ont obtenu des données personnelles qui proviendraient du Mouvement Desjardins. Ces données auraient été utilisées pour mieux cibler leur clientèle.

Série de perquisitions

Une femme et un homme à des guichets automatiques de Desjardins.

La fuite de données personnelles survenue chez Desjardins touche 2,9 millions de clients.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Par ailleurs, en juin dernier, le Service de police de Laval, assisté par la Sûreté du Québec (SQ), a effectué une perquisition dans une entreprise de prêts personnels de Montmagny pour y saisir du matériel.

La SQ n'a pas voulu confirmer ou infirmer que cette perquisition est liée à l'enquête sur le vol de données au Mouvement Desjardins. L'un des dirigeants de cette entreprise n'a pas rendu nos appels.

La Sûreté du Québec avait déjà annoncé avoir effectué six perquisitions dans la semaine du 16 septembre dernier.

Des enquêteurs se sont rendus dans quatre résidences et deux commerces pour notamment y saisir du matériel informatique afin de l'analyser. Les policiers ont rendu visite à près d'une centaine de témoins dans les régions de Québec, Montréal et Laval.

Ces rencontres ont mené à l'interrogatoire de 17 personnes. C'est soit des personnes qui ont fait l'acquisition de la liste ou d'une partie de la liste ou qui ont tenté de le faire, avait fait savoir le sergent Claude Denis de la Sûreté du Québec, le 19 septembre dernier.

L'enquête se poursuit et des accusations pourraient être déposées, ce qui n'est toujours pas le cas concernant l'employé que le Mouvement Desjardins a congédié en lien avec cette affaire et qui avait été arrêté puis relâché.

Avec la collaboration de Daniel Boily (Nouvelle fenêtre)

Cybersécurité

Économie