•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un problème informatique a causé de nouveaux retards pour le train léger, jeudi matin

De nombreuses personnes à la station Bayview.

Un train en panne à la station Bayview a encore une fois causé des retards sur la nouvelle ligne de train d'Ottawa jeudi matin.

Photo : Radio-Canada / Kate Tenenhouse

Radio-Canada

Un problème informatique avec un ordinateur de bord du train léger sur rail d'Ottawa (TLR) est à l'origine des retards sur le réseau de transport en commun durant l'heure de pointe matinale, jeudi, selon une note envoyée par le dirigeant d'OC Transpo, John Manconi.

OC Transpo a avisé ses usagers, peu après 7 h 30, jeudi, qu’ils pouvaient s'attendre à des retards sur la Ligne 1 de l'O-train en raison d'un train désactivé à la station Bayview.

Ce n'est qu'en fin d'après-midi que le directeur général de l'agence de transport en commun a confirmé l'origine du problème. Nos analyses indiquent qu'il y a eu un problème avec le système de contrôle et de gestion du train, l'ordinateur de bord qui contrôle tous les systèmes et sous-systèmes d'un train donné, a écrit M. Manconi.

Selon les estimations du dirigeant d'OC Transpo, plusieurs passagers ont vu leur temps de déplacement être prolongé de 20 à 30 minutes. Le service normal a été rétabli vers 8 h 15, environ une heure après que le problème soit survenu.

Le redémarrage de ce système ne prend généralement que quelques minutes, a aussi précisé M. Manconi dans son mémo. Une enquête a été lancée pour déterminer pourquoi l'opération a pris autant de temps.

Anxiété chez les passagers

Alors que les gens de la région s'adaptent aux trajets du TLR, les nombreuses interruptions de service et le surpeuplement, une ligne d'assistance en santé mentale d'Ottawa veut que les passagers sachent qu'elle est là pour eux.

Quiconque ressent de l'anxiété, de la claustrophobie ou d'autres problèmes provoqués par le nouveau système de TLR peut communiquer avec le Centre de détresse d'Ottawa et de la région, directement à partir des téléphones publics des stations du train léger.

On a l'impression d'avoir un poids sur la poitrine. On a l'impression de ne pas pouvoir respirer assez profondément. Vous pouvez commencer à transpirer, a expliqué la porte-parole Leslie Scott, en décrivant ce que peut ressentir une personne qui souffre d'anxiété dans les transports en commun.

Notre premier et plus important message est que nous sommes là.

Leslie Scott, porte-parole au Centre de détresse d'Ottawa

Les usagers de la ligne de la Confédération ont dû faire face à de longs retards mardi et mercredi, en raison du blocage des portes des trains. Dans les deux cas, OC Transpo a dû faire circuler des autobus pour que les usagers, qui convergeaient par centaines dans certaines gares, puissent prendre la route.

Je ne serais pas surpris d'apprendre que les gens sont très inquiets, a déclaré Samantha Sensenstein, une passagère qui habite à Kanata.

Une folie absolue

La jeune femme de 23 ans se rend de chez elle, près du chemin Hazeldean, à l'Université Carleton. Le mardi et le mercredi, elle a été ''prise comme une sardine'' avec des centaines d'autres personnes à la station Tunney's Pasture, a-t-elle raconté.

Mme Sensenstein a vu des passagers exprimer leurs frustrations à haute voix, couper à travers les foules et se frayer un chemin pour embarquer dans les autobus.

Samantha Sensenstein regarde son téléphone avec une foule derrière elle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Samantha Sensenstein (en bas à gauche) prend un égoportrait mercredi matin à la station Tunney's Pasture à Ottawa.

Photo : Samantha Sensenstein

C'était juste de la folie, a déclaré Mme Sensenstein. C'était plein à craquer et je ne me sentais pas vraiment en sécurité.

Le trajet de Juliett Bassong, mercredi matin, de la gare Saint-Laurent à Rideau, était tout aussi désagréable.

J'étais anxieuse parce qu'on était trop à bord. C'est ridicule. Il n'y a pas de place. Vous ne pouvez plus respirer, a déclaré Mme Bassong.

Le centre de détresse a conclu un partenariat avec OC Transpo où les usagers du train léger peuvent appeler gratuitement, en français ou en anglais, la ligne d'assistance téléphonique 24 heures sur 24 en utilisant directement les téléphones publics situés sur les quais des stations.

Initialement pour la prévention du suicide

La ligne d'assistance téléphonique a d'abord été mise en place en tant que service de prévention du suicide, a indiqué Mme Scott, mais elle est disponible pour toutes les questions de santé mentale.

Nous parlons à des gens qui ont peut-être eu une dure journée de travail. Ils arrivent sur le quai. C'est très occupé. Ils sont stressés et ils veulent juste parler à quelqu'un avant de rentrer chez eux, précise-t-elle.

Vous avez un soutien en direct tout de suite pour peu importe ce que vous vivez.

Leslie Scott, porte-parole au Centre de détresse d'Ottawa

Le centre a reçu six appels de passagers depuis la mise en service de la ligne de la Confédération le 14 septembre, a déclaré Mme Scott. Elle croit qu'un plus grand nombre de personnes pourraient en bénéficier si seulement elles savaient que la ligne téléphonique existe.

Un téléphone sur un quai.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les passagers sur la ligne de la Confédération peuvent communiquer avec le Centre de détresse d'Ottawa et de la région en appuyant sur les boutons à droite en bas des téléphones publics aux quais des stations.

Photo : Radio-Canada / Laura Glowacki

En plus d'appeler le Centre de détresse d'Ottawa, Mme Scott suggère aux personnes qui éprouvent de l'anxiété de pratiquer un peu d'autosoins. Cela pourrait inclure la mise en place d'écouteurs protecteurs et l'écoute de musique apaisante et de balados ou la réalisation d'exercices de respiration profonde, a-t-elle dit.

N'importe qui dans la région d'Ottawa peut appeler gratuitement la ligne de détresse au 613-238-3311. Les habitants de l'Outaouais peuvent joindre le Centre de détresse d'Ottawa et de la région en composant sans frais le 1-866-676-1080.

Besoin d'aide pour vous ou un proche?

  • Association québécoise de prévention du suicide : 1-866-APPELLE (1-866-277-3553)
  • Tel-Aide Outaouais : 613-741-6433
  • Ligne de crise en santé mentale d'Ottawa : 613-722-6914

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Transport en commun