•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les coopératives d'habitation sont plus populaires que jamais

Une pancarte devant la coopérative d'habitation Fraserview indique que les gens intéressés à y habiter peuvent désormais soumettre leur candidature.

La coopérative d'habitation Fraserview est la plus récente construction de Vancouver.

Photo : Radio-Canada

Benoît Ferradini

Le secteur du logement coopératif attend les résultats des élections fédérales avec inquiétude. Les besoins en logements abordables n'arrêtent pas d'augmenter, les listes d’attente s’étalent sur plusieurs années, et les partis hésitent à s'engager à long terme.

Les coopératives d’habitation et les logements sans but lucratif sont les derniers refuges accessibles dans ce marché.

Thom Armstrong, directeur, Fédération des coopératives de Colombie-Britannique

Il y a 265 logements en coopératives dans la province. La plupart ont des listes d’attente de plusieurs années, et plusieurs ont cessé d'accepter de nouvelles inscriptions. Les coopératives ne trouvaient pas juste de demander aux locataires de mettre leur nom sur la liste tout en leur disant qu’ils ne pourraient pas espérer obtenir un logement avant 10 ans, explique Thom Armstrong.

Des appels quotidiens pour être sur la liste d'attente

La Fédération des coopératives de la Colombie-Britannique a créé un fonds en fiducie pour construire et rénover des coopératives d'habitation. À une exception près, ses bâtiments sont les seules nouvelles coopératives d'habitation à être construites dans la province. Depuis 2014, grâce à l'aide la Ville de Vancouver et de la banque communautaire Vancity, le fonds en fiducie gère cinq coopératives dans la province.

Même quand nous commençons à construire une nouvelle coopérative, nous avons des appels quotidiens de gens qui veulent être sur la liste d'attente pour emménager, dit Tiffany Duzita, la directrice de la Community Land Trust Foundation, et ce, plusieurs mois avant d'ouvrir ces listes d'attente.

Le projet Fraserview

Le dernier projet du fonds en fiducie s'appelle Fraserview. Il sera accessible aux familles dont les revenus sont compris entre 30 000 et 80 000 $. D'autres logements non subventionnés, dans le même bâtiment, seront accessibles aux familles dont les revenus s'échelonnent entre 80 000 et 120 000 $.

Dans une coopérative d'habitation, chaque locataire est propriétaire d'une partie du bâtiment et doit s'impliquer dans la gestion commune. Les loyers sont proportionnels aux salaires et restent en dessous des prix habituels du marché. Ils sont garantis et ne peuvent en général pas être augmentés. C'est ce qui fait la popularité des coopératives dans le marché actuel.

On a besoin de logements qui soient adaptés aux revenus locaux, et non pas seulement abordables.

Tiffany Duzita, directrice, Community Land Trust Foundation

Il faut gagner trois fois le salaire minimum pour se permettre de payer le loyer moyen d'un appartement de deux chambres à coucher, sans que cela ne représente plus que 30 % de son salaire, s'indigne Thom Armstrong, qui attend des engagements concrets des partis en lice aux élections fédérales de 2019.

Le financement arrive à expiration

Beaucoup d'accords de financement des logements coopératifs dans la province arrivent à échéance dans les prochaines années. D'une durée de 35 ans en général, ils ont tous été conclus dans les années 1980, quand le gouvernement fédéral a financé la majorité des 265 logements en coopérative qui se trouvent en Colombie-Britannique aujourd'hui.

Et, même si les libéraux au pouvoir ont déjà promis de reconduire ce financement jusqu'en 2028, Thom Armstrong reste inquiet. C'est un engagement positif, dit-il, « mais il ne nous donne pas la sécurité à long terme dont ont besoin les locataires. »

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier