•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans les coulisses du débat en français, le dernier de la campagne électorale

Six chefs fédéraux prennent part à un débat en français, jeudi 10 octobre, de 20 h à 22 h (HAE).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L’heure de vérité approche pour les chefs des six principaux partis, qui s’affrontent ce soir, dès 20 h HAE, en français lors du tout dernier débat avant le scrutin du 21 octobre. Incursion dans les coulisses de ce grand rendez-vous électoral.

L’animateur de la soirée, Patrice Roy, chef d’antenne à Radio-Canada, a découvert mercredi pour la première fois la salle dans laquelle il se trouvera en compagnie des chefs et de quatre autres modérateurs.

Justin Trudeau, du Parti libéral, Andrew Scheer, du Parti conservateur, Jagmeet Singh, du Nouveau Parti démocratique, Yves-François Blanchet, du Bloc québécois, Elizabeth May, du Parti vert, et Maxime Bernier, du Parti populaire du Canada, participent à cet ultime rendez-vous en français.

Le lieu de l’échange, le théâtre du Musée canadien de l'histoire, à Gatineau, et le décor sont les mêmes que pour le débat en anglais, qui s’est tenu lundi.

Patrice Roy sur la scène.

L'animateur de la soirée est le chef d'antenne de Radio-Canada, Patrice Roy.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Impressionné par l’ampleur de la salle, l’animateur Patrice Roy n’en est pourtant pas à son premier débat. Ça me met encore plus de poids sur les épaules. Il faut être à la hauteur, confie-t-il à propos de cette « grande responsabilité » qui repose sur lui.

À un peu plus d’une semaine du vote, le débat de ce soir est déterminant pour les chefs.

C'est la dernière impression, explique le passionné de politique. La première impression est importante, mais la dernière l’est tout autant.

Le dernier débat se tient rarement aussi tard dans une campagne électorale, rappelle-t-il. Ce sera vraiment l’occasion pour les électeurs, selon Patrice Roy, de confirmer leur choix avant le scrutin du 21 octobre.

Pour tous les chefs ici, pour des raisons différentes, c'est un débat qui est important.

Patrice Roy, animateur

Vous pourrez suivre le débat sur Radio-Canada et toutes ses plateformes :

  • ICI Radio-Canada Télé et ICI RDI
  • Radio-Canada.ca
  • ICI Radio-Canada Première
  • Facebook
  • YouTube

Éviter la cacophonie

Patrice Roy sait qu’il aura à s’imposer en tant que chef d’orchestre au cours de la soirée.

Le débat en anglais a eu sa part de critiques, notamment parce que les échanges entre les six chefs ont donné lieu à des moments cacophoniques.

Un débat de deux heures, entre six chefs et sur cinq thèmes, est toujours à risque de débordements. Je n'hésiterai pas à les rappeler à l'ordre, lance Patrice Roy. Il faut que ce débat-là soit compréhensible.

Il souhaite avant tout que le message des chefs ne soit pas entrecoupé par tellement de monde qui parle qu’on n'entend plus rien.

Il faut que les chefs puissent débattre et, en même temps, que les gens à la maison puissent entendre.

Patrice Roy, animateur

Ce dernier doit aussi s'assurer que chacun des chefs a sensiblement le même temps de parole. C’est un équilibre que je vais essayer d’atteindre. Un débat reste un exercice imparfait, mais tellement important pour la démocratie, rappelle l'animateur de la soirée.

Différent du débat en anglais

Luce Julien.

La directrice générale de l'information de Radio-Canada, Luce Julien

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le concept du débat en français était toutefois différent de celui en anglais dès le départ.

Chaque segment comprendra une question d’un électeur, à laquelle les chefs auront un peu de temps pour répondre. Deux débats ouverts entre trois chefs suivront pour éviter la « cacophonie », indique Patrice Roy. Puis, la soirée se terminera sur un débat à six.

Certains des cinq sujets du débat en français sont différents de celui en anglais :

  • Économie et finances;
  • Environnement et énergie;
  • Identité, éthique et gouvernance;
  • Politique étrangère et immigration;
  • Services aux citoyens.

Les thématiques sont différentes, parce qu’on s’adresse à un auditoire francophone partout au pays. Il y a des thèmes qui préoccupent davantage les francophones, rappelle la directrice générale de l'information de Radio-Canada, Luce Julien, pour qui le débat est un moment important de la campagne.

Je mesure vraiment l'importance des débats. Je l'ai dit à plusieurs reprises : c'est un moment clé d'une campagne électorale.

Luce Julien, directrice générale de l'information de Radio-Canada

Luce Julien se réjouit également que le débat se fasse devant public. De 250 à 400 personnes assisteront aux échanges en direct. De voir des citoyens avec un billet pour venir assister au débat de lundi, en direct, ça m'a vraiment touchée, enchaîne-t-elle.

On va essayer d'offrir la meilleure émission de télé possible, mais surtout de toucher les sujets qui préoccupent les Canadiens. C'est notre mission première.

Luce Julien, directrice générale de l'information de Radio-Canada
Patrice Roy ainsi que les journalistes Alec Castonguay, Patricia Cloutier, Hélène Buzzetti et François Cardinal.

L'animateur Patrice Roy est épaulé par quatre journalistes politiques de différents médias pour animer le débat.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Des journalistes invités appuieront aussi Patrice Roy au cours de la soirée.

Alec Castonguay, du magazine L’actualité, Patricia Cloutier, du journal Le Soleil, Hélène Buzzetti, du journal Le Devoir, et François Cardinal, de La Presse, poseront eux aussi une question aux chefs dans chacun des segments du débat.

Un déploiement d'envergure

Richard Desjardins et deux techniciens en coulisses.

Le réalisateur-coordonnateur Richard Desjardins est le chef d'orchestre technique de la soirée.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

L’organisation d’un débat de cette envergure a aussi de quoi étonner.

Il y a sur le plateau une quinzaine de caméras ainsi qu’une centaine de techniciens en coulisses, sous la supervision de l’autre chef d'orchestre de la soirée, Richard Desjardins. À son arrivée, la scène était vide. Tout a été monté en 48 heures à peine.

En 32 ans de métier, c'est le plus gros déploiement que nous avons eu à faire pour un débat des chefs. C'est énorme.

Richard Desjardins, réalisateur-coordonnateur

Le débat en français est organisé par le Partenariat canadien pour la production des débats, qui comprend neuf médias et d’autres partenaires de distribution. Vous pourrez le suivre sur Radio-Canada et toutes ses plateformes ainsi que chez les différents partenaires.

Notre dossier Élections Canada 2019

Avec les informations de Jean-Sébastien Cloutier

Politique fédérale

Politique