•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un vétéran acadien de la Seconde Guerre mondiale fête ses 100 ans

Alphonse Vautour célèbre ses 100 ans.

Photo : Radio-Canada / Yan Bonnell

Radio-Canada

Alphonse Vautour est l’un des derniers vétérans acadiens de la Seconde Guerre mondiale toujours vivants. Il célèbre cette semaine ses 100 ans.

Alphonse Vautour, de Petit-Cap, a participé au débarquement de 1944 en Normandie, à Juno Beach. Il a souligné ses 100 ans, cette semaine, en compagnie de son frère, Mathias, qui a 101 ans.

Alphonse Vautour a entrepris sa carrière militaire le 9 juin 1939 avec les Rangers du Nouveau-Brunswick. Il a ensuite été affecté au North Shore Regiment. 

Je me souviens à l'école, tu devais aller devant la classe et tu devais lire tout haut. Je peux me rappeler [écrit sur l'ardoise] qu'en cas de guerre, tu dois défendre ton pays. J'étais en deuxième année à l'école. Je me souviens bien de ça, raconte Alphonse Vautour.

Deux hommes âgés et souriants.

Alphonse Vautour, 100 ans, accompagné de son frère aîné, Mathias, 101 ans.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

De 1939 à 1943, il a servi à plusieurs endroits au Canada, dont au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador.

Puis, son régiment s'est embarqué pour Liverpool, en Angleterre. Il était stationné à Nutley, Farnham et au camp Aldershot. 

M. Vautour n'avait que 19 ans lorsque le North Shore Regiment, dont il faisait partie, a débarqué sur cette plage de Normandie sous le feu nourri des troupes allemandes durant la Seconde Guerre mondiale.

Il n'a jamais oublié son passage comme soldat canadien tout comme il n'oubliera jamais le son des mitrailleuses.

Tu vas à la guerre, vois-tu, pour défendre ton pays. Mais quand tu vas à une place de même et que tu en vois se faire tuer, tu penses que ces 45 000 morts là, eux, ils sont jamais revenus à la maison, dit-il.

Alphonse Vautour a ensuite obtenu une libération honorable de l'armée canadienne et est rentré au Canada en août 1945.

Alphonse Vautour en France lors d'une cérémonie.

Alphonse Vautour (au centre) en France lors d'une cérémonie

Photo : Radio-Canada / Jean-François Bélanger

La France l’a décoré de l'ordre national de la Légion d'honneur en 2014. Cet ordre a été créé en 1802 par Napoléon Bonaparte et demeure la plus haute distinction en France.

Après avoir pris sa retraite de l’armée, M. Vautour a exercé plusieurs emplois différents, notamment chez Postes Canada, dont il est retraité. Il a épousé Mary, avec qui il partage sa vie depuis 61 ans.

C'était plus facile [à Postes Canada], mais j'avais quand même plus de 635 maisons. Ça semble beaucoup, hein, mais à 2 h de l'après-midi, j'avais fini. J'avais une famille de huit, ça prenait du manger sur la table, raconte M. Vautour.

Moi, j'ai toujours aimé ça travailler. Il y a des gens qui sont paresseux, mais moi, je travaillais parce que j'aimais ça, travailler.

Alphonse Vautour a également consacré une grande partie de son temps au bénévolat auprès de son église et des Chevaliers de Colomb. Récemment, il a été nommé membre honoraire de UN-NATO, et en mai 2019, il recevra le prix Paul Harris, décerné par le Club Rotary.

Aujourd'hui, il consacre son temps à ceux qu'il aime, dont son frère Mathias.

Avec les renseignements de l'émission Michel le samedi

Nouveau-Brunswick

Francophonie