•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'énergie éolienne albertaine face aux réformes des conservateurs unis

Paysage du sud de l'Alberta avec une éolienne en premier plan à côté d'un élévateur à grain et les montagnes Rocheuses en arrière-plan.

Le gouvernement néo-démocrate s’était engagé à faire passer à 30 % sa production d’électricité provenant de sources renouvelables d'ici 2030.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Au congrès annuel et salon professionnel de l'énergie éolienne de Calgary, mercredi, des experts ont discuté de l'impact du changement de gouvernement sur leur industrie, notamment l'annulation du programme d'appel d'offres pour les projets éoliens.

Selon les producteurs d'électricité éolienne, ce n'est pas un problème, car l'électricité produite à partir du vent est la moins chère à produire, et reste donc très compétitive à 3 cents le kilowatt-heure.

On est à un point critique de l'industrie, où on a un nouveau gouvernement avec une façon de faire différente, mais on projette une croissance soutenue en Alberta, dit Jean-François Nolet, le vice-président aux politiques publiques et aux communications de l’Association canadienne de l’énergie éolienne.

Il ajoute que le programme d'appel d'offres de l'ancien gouvernement néo-démocrate permettait de prévoir les revenus, et donc d'avoir un meilleur plan de croissance.

Désormais soumise à la loi du marché, l'industrie éolienne doit trouver d'autres clients que le gouvernement provincial. Elle se tourne donc vers les producteurs de pétrole qui consomment beaucoup d'électricité et doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

L'économie mondiale s'en va vers une transition énergétique majeure.

Jean-François Nolet, vice-président aux politiques publiques et aux communications de l’Association canadienne de l’énergie éolienne.

Un besoin de stabilité

Comme toute industrie, l'industrie éolienne a besoin d'un espace concurrentiel durable, même si elle est compétitive. Plusieurs facteurs entrent en jeu, dont les réglementations gouvernementales sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la technologie et l'innovation.

Le directeur principal de développement d'EDF Renouvelable, Stéphane Desdunes, dit que le marché albertain est l'un des plus actifs au Canada, mais il constate que l'abandon du programme d'appel d'offres a fait peur à certains et freiné leurs ardeurs.

C'était un peu le "gold rush" vers l'Alberta. Donc, c'est sûr, ça a ralenti les choses par rapport à l'industrie.

Stéphane Desdunes, directeur principal de développement, EDF Renouvelable.

L'électricité éolienne a cependant un bel avenir devant elle, précise-t-il. Les fournisseurs continuent de développer leurs projets.

Alberta

Énergies renouvelables