•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plaintes contre GDS pour des résidus bois projetés dans un quartier résidentiel

De la sciure de bois se trouve sur le mécanisme de et dans les rainures d'une fenêtre.

Jean-Charles Bouchard, un résident de la rue Goyer, affirme avoir pris cette photo le 11 septembre 2017.

Photo : Jean-Charles Bouffard

Jean-François Deschênes

L’usine de transformation du bois GDS de Matane fait l’objet de plaintes concernant des résidus de bois qui se retrouvent jusque dans un quartier résidentiel. L’entreprise tente de trouver des solutions pour régler ce problème.

Les résidents voisins de l'usine dénoncent la situation depuis plusieurs années. Ils trouvent des résidus de bois de temps à autre, mais trop souvent à leur goût.

Sciures de bois sur une voiture

La directrice de Domicile pop à Matane, Isabelle Durette, dit avoir pris cette photo en 2017. Elle s'occupe de plusieurs logements dans le secteur près de l'usine GDS.

Photo : Isabelle Durette, directrice Domicile pop

Marie-Danielle Gosselin est exaspérée. Elle trouve cette poussière jusque dans son appartement.

Ça rentre dans nos appareils électroniques, moi j’ai dû changer mon système de son à cause de ça, mon œil magique ne fonctionnait plus.

Marie-Danielle Gosselin, résidente du quartier voisin de l’usine
De la sciure de bois longe l'accès de ces immeubles à logements.

De la poussière de bois se retrouve le long de cet accès vers des immeubles à logements.

Photo : Isabelle Durette, directrice Domicile pop

Claude Mercier fait partie de ceux qui ont porté plainte au ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Je ne veux pas que ça nuise à l’usine non plus. S’il y a de quoi, la production, j’aimerais ça qu’elle augmente. Mais, svp, la poussière, on est comme tanné un peu de ça. Ça serait le temps que ça change.

Un groupe de résidents témoigne au journaliste de leurs observations.

Ces résidents du quartier voisin de l'usine GDS demandent une meilleure gestion de la poussière de bois.

Photo : Radio-Canada

Avis de non-conformité

Le ministère de l'Environnement a réalisé des inspections en 2017. Un avis de non-conformité a d'ailleurs été émis à l’usine un an plus tard, pour avoir contrevenu à l’article 12 du Règlement sur l'assainissement de l'atmosphère.

Aucune amende n’a été donnée, mais le Ministère n’écarte aucun recours pour assurer de régler le problème de poussière.

Partie de l'usine GDS de Matane.

Un dépoussiéreur sera construit spécifiquement pour ces équipements appelés cyclones.

Photo : Radio-Canada

Projet de plus d’un million de dollars

L’entreprise tente de régler le problème depuis un bon moment. Des réparations d’équipements et de la maintenance ont été faites, en vain.

La direction croit avoir trouvé le solution. Un projet évalué entre un million et un million et demi de dollars est sur la table du ministère de l'Environnement qui doit donner son aval.

Un dépoussiéreur construit spécifiquement pour l’usine devrait enfin régler le problème assure le vice-président opération Georges Deschênes Avec le travail qui a été fait avec le Ministère, aujourd’hui on avance.

Il y a des choses qui se règlent, puis normalement avec la réalisation de ce projet-là, ça va être définitivement réglé.

Georges Deschênes, vp opération, Groupe GDS
Le vice-président est convaincu que son projet réglera le problème de poussières dans le voisinage.

Le vice-président opération du Groupe GDS, Georges Deschênes

Photo : Radio-Canada

Il est encore difficile de dire quand le projet sera réalisé.

Le Ministère doit d’abord se prononcer explique M. Deschênes. S’il n’exige pas de modifications et qu’aucun Certificat d’autorisation environnemental n’est nécessaire, le projet pourrait se concrétiser l’été prochain. Dans le cas contraire, il faudra encore attendre de quelques semaines à quelques mois, envisage-t-il.

Le directeur comprend que les résidents attendent depuis longtemps, mais il leur demande d'être encore patient. Je peux comprendre que pour des gens, ça paraît long. Mais en même temps, on travaille sans relâche pour essayer de contrôler le problème et d’essayer de l’éliminer.

Le projet prévoit aussi un nouveau système de tuyauteries et des conduits d’aération qui devraient améliorer la productivité de l’usine qui emploie une soixantaine de travailleurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industries