•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jim Watson veut que les passagers qui retiennent les portes du train léger soient punis

Deux nouveaux incidents ont eu lieu mercredi matin, selon le directeur général d'OC Transpo

Jim Watson s'adresse aux médias dans la salle du conseil municipal.

Le maire Jim Watson dit comprendre la frustration des usagers.

Photo : Radio-Canada

CBC

La Ville d'Ottawa envisage de donner des amendes aux passagers qui retiennent les portes des trains de la nouvelle ligne de la Confédération. C'est ce qu'a affirmé le maire Jim Watson, mercredi, tout en indiquant que la Municipalité envisage également de diffuser la vidéo de surveillance du plus récent incident.

Le premier magistrat ottavien a lancé cette mise en garde dans la foulée de nouveaux retards d'environ 90 minutes causés par une porte coincée à la station Lyon. Un incident semblable s'était produit mardi matin à la station uOttawa.

Il doit y avoir des mesures punitives, et les gens doivent comprendre que quand les portes sont sur le point de se refermer, il ne faut pas tenter de les rouvrir, a lancé M. Watson en anglais lors d'une mêlée de presse.

Il a souligné qu'OC Transpo ne peut pas affecter un employé à chacune des portes des trains pour surveiller les usagers. M. Watson a dit avoir été personnellement témoin de situations au cours desquelles des personnes ont retenu les portes d'un train.

Ils peuvent attendre quatre minutes et un autre train va arriver.

Jim Watson, maire d'Ottawa

La Ville d'Ottawa affirme que les portes qui sont restées coincées l'ont été en raison de l'intervention de passagers. La Municipalité n'a toutefois pas fourni de preuves à cet effet.

Le maire Watson a indiqué que les autorités municipales possèdent un enregistrement vidéo de l'incident de mercredi matin et qu'elles se penchent sur la possibilité de le diffuser publiquement.

Une centaine de personne à la station Tunney's Pasture.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pour une seconde journée, de nombreux usagers du train léger ont dû composer avec des retards, mercredi matin.

Photo : Thomas Painswick

M. Watson ne s'est pas avancé quant aux amendes qui pourraient être imposées aux usagers fautifs ni à savoir comment la Municipalité pourrait les identifier.

Le premier magistrat a dit comprendre la frustration des passagers en lien avec les heures de pointe matinales chaotiques de mardi et mercredi.

Ce niveau de service est inacceptable. Je suis frustré. J'étais en colère ce matin, a dit M. Watson. Il a ajouté avoir demandé au directeur général d'OC Transpo, John Manconi, et au directeur municipal Steve Kanellakos de trouver une solution permanente aux problèmes de portes.

Dans une note de service envoyée en fin de journée mercredi, M. Manconi a indiqué qu'un autre passager a retenu les portes du train léger avec ses deux mains à la station Parlement, peu de temps après l'incident à la station Lyon.

Un système « fragile »

Les portes du train léger sont actuellement programmées pour se refermer automatiquement après un certain laps de temps. M. Watson a souligné que les employés municipaux vont évaluer le système afin de déterminer s'il serait opportun que les opérateurs du train puissent les contrôles manuellement au besoin ou si les temps d'ouverture devraient être revus.

Peu importe la nature de la situation, il faut rapidement y remédier, parce que quand un train s'arrête, ça a des répercussions sur l'ensemble du système et ça ajoute à la colère et à la frustration légitimes des usagers, a reconnu M. Watson.

Une photo du train bondé de passagers. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des milliers d'usagers empruntent le train léger d'Ottawa chaque jour.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Bergeron

Ce dernier a invité le constructeur Alstom à déterminer pourquoi le système est fragile au point qu'une seule porte bloquée peut forcer l'arrêt de l'ensemble de la ligne de la Confédération.

Lorsqu'un problème se produit sur le réseau du train léger, OC Transpo utilise des autobus pour offrir un service en parallèle. Le président de la Commission du transport en commun, Allan Hubley, a dit que toutes les options sont sur la table jusqu'à ce que les problèmes de portes soient réglés, dont celle de maintenir un service d'autobus.

Ottawa-Gatineau

Transport en commun