•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas de nouveau règlement sur les chiens et chats à Gaspé

Un chien sort sa tête de la fenêtre d'un véhicule.

Ce chien revient d'une visite à la clinique vétérinaire à Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Vincent Lafond

Martin Toulgoat

La Ville de Gaspé compte mettre en vigueur son nouveau règlement sur les animaux domestiques au cours de la prochaine année, soit plus d'un an après avoir consulté la population sur la question par l'entremise d'un sondage. Pendant ce temps, des propriétaires de chiens s'impatientent.

Le défi de la Municipalité sera toutefois d'appliquer ce nouveau règlement, dans un contexte où les ressources et les moyens financiers sont limités.

Un panneau indique l'interdiction de promener un chien sur la plage.

Les chiens sont interdits, même en laisse, à la plage municipale Haldimand de Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Vincent Lafond

Georgette Ratté et sa chienne Tosca aiment bien se promener à la plage de Haldimand, même si les chiens y sont officiellement interdits.

La femme accorde une entrevue sur une plage où la promenade des chiens en laisse est interdite.

Georgette Ratté possède un chien et dénonce le manque d'espaces publics où la promenade en laisse est acceptée à Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Vincent Lafond

La Ville les tolère, dans un contexte où elle n’a pas les ressources pour assurer la surveillance.

En fait, la majorité des endroits publics de Gaspé interdisent les chiens, même en laisse, que ce soit sur la promenade, la piste cyclable ou à la plage municipale.

Tosca, la chienne de Georgette Ratté.

Tosca, la chienne de Georgette Ratté.

Photo : Radio-Canada / Vincent Lafond

Madame Ratté ne comprend pas cette interdiction, alors que dans d'autres municipalités comme Rimouski, c'est tout le contraire.

C'est déplorable. Je crois que ça ferait plaisir aux personnes qui ont des chiens et je pense que ça ferait plaisir aussi à ceux qui n’en ont pas, parce que si on a un territoire pour chien, on va vouloir le garder propre.

Georgette Ratté, citoyenne de Gaspé
Une entrée de la piste cyclable de Gaspé où un panneau indique quelques interdictions.

La piste cyclable de Gaspé fait partie des nombreux endroits publics de la ville où les chiens sont interdits.

Photo : Radio-Canada / Vincent Lafond

La Ville de Gaspé promet que son nouveau règlement sera plus souple dans les lieux publics, à condition que les chiens soient en laisse.

Mais elle pourrait frapper un écueil.

Les résultats du sondage mené auprès d’un peu plus de 900 personnes en novembre 2018 révélaient que la population souhaitait que le nouveau règlement soit géré par un organisme pour économiser l'argent des contribuables.

Toutefois, la Ville n’a pas réussi à convaincre des citoyens de créer un organisme à but non lucratif pour l'aider à appliquer les nouvelles règles.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté

Le maire de Gaspé, Daniel Côté

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Je ne veux pas essuyer de critiques qu'on a un beau règlement et qu'on n'est pas capable de le mettre en œuvre, explique le maire de Gaspé, Daniel Côté. Ça prend une façon de le mettre en œuvre, la population avait souhaité un organisme. L'organisme est difficile à mettre en place. On doit trouver une solution, et c'est [ce qu'on fait] présentement.

La Municipalité veut aussi s'attaquer au problème d'abandon de chiens et de chats. Elle n’a toutefois pas l’intention de financer à grands frais un refuge pour chien.

On est loin de vouloir aller vers un refuge et on ne veut pas investir des millions non plus. Oui, c’est l’une des priorités, mais sur l’échelle des priorités de la Ville, ce n’est pas [la première].

Daniel Côté, maire de Gaspé
Un chien jappant, la gueule ouverte.

Un chien de type doberman

Photo : iStock / cynoclub

Le gouvernement caquiste demande aussi aux municipalités, depuis mai dernier, d’appliquer le nouveau règlement provincial sur l'encadrement des chiens.

Ainsi, les villes devront ordonner l'euthanasie des bêtes qui ont causé des blessures graves et les propriétaires de chiens devront enregistrer leur animal auprès de leur municipalité qui leur fournira une médaille.

Les médecins et vétérinaires devront aussi signaler aux villes les cas de morsures ayant causé des blessures.

Le vétérinaire André Banville observe un chien.

Des changements aux programmes de médecine vétérinaire pourrait permettre d'augmenter le nombre de finissants retournant travailler en région après leurs études, selon le vétérinaire André Banville.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Le vétérinaire André Banville croit que cette mesure est louable, mais pourra difficilement être applicable dans les petites villes comme Gaspé qui manquent de ressources.

Il n'y a pas de moyens financiers, ce sont des idées qui sont lancées, des règlements, mais dans l'application, ça prend de l'argent, ça prend des inspecteurs. À Montréal, il y a des vétérinaires qui ont été formés pour évaluer la dangerosité des animaux, mais ce n'est pas le cas ici.

Daniel Banville, vétérinaire à Gaspé

La Ville de Gaspé a bon espoir d'adopter son nouveau règlement d'ici janvier prochain avec l’objectif qu’il soit en vigueur pour 2020.

S’il est impossible de créer un organisme, il y aura des coûts supplémentaires pour engager des inspecteurs municipaux.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique municipale