•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un finaliste du budget participatif n'habite pas Rimouski

Capture d'écran du projet de murale de Martin Parent-Roy

Martin Parent-Roy a présenté un projet de murale pour le budget participatif de Rimouski.

Photo : Capture d'écran - Budget participatif de Rimouski

Édith Drouin

Le lieu de résidence d'un des finalistes du budget participatif n'est pas Rimouski. Il s'agit de Martin Parent-Roy, qui a présenté le projet de murale sur les murets de soutènement sur le boulevard Saint-Germain près du centre administratif d’Hydro-Québec.

Son projet est l'un des 17  retenus par la Ville pour être soumis au vote citoyen.

M. Parent-Roy dit être natif de Rimouski, mais avoir dû quitter la région pour son travail en développement international.

Il explique qu’il habitait à Bogota lorsqu’il a développé son projet, mais que son adresse permanente était chez sa mère, à Rimouski, et qu’il a donc été en mesure de fournir une preuve de résidence.

Je suis Rimouskois de cœur, donc, depuis toujours, c’est la ville à laquelle je m’identifie. […] Au moment [où] j’ai pensé à l’idée que j’ai développée, mon adresse permanente était à Rimouski étant donné que j’habitais à Bogota, en Colombie.

Martin Parent-Roy, participant du budget participatif de Rimouski

À la suite de la publication de cet article mercredi soir, M. Parent-Roy a précisé qu’il était physiquement à Rimouski pour quelques mois lorsqu’il a fait le dépôt de son projet.

Il indique qu'il réside maintenant à Montréal, depuis cet été.

Il affirme qu'il tentera de réaliser son projet même s'il ne gagne pas le budget participatif. Il dit avoir senti un très bon accueil de la population rimouskoise et avoir reçu beaucoup de messages sur les médias sociaux au sujet de la murale.

La participation ouverte « à toute personne citoyenne de la Ville de Rimouski »

Les règlements du budget participatif stipulent qu’il faut être citoyen de Rimouski et soumettre une preuve de résidence pour être admissible.

À l’exception des membres du personnel de la Ville de Rimouski et des membres du conseil municipal, la participation au processus du BPC est ouverte à toute personne citoyenne de la Ville de Rimouski de 12 ans et plus au volet jeunesse et de 17 ans et plus au volet général, sur présentation d’une preuve de résidence.

- Extrait des règlements de la Ville de Rimouski, budget participatif 2019

Le maire de Rimouski, Marc Parent, qui est l’oncle de M. Parent-Roy, explique que le projet de son neveu est admissible puisqu’il a soumis la preuve de résidence requise.

Il indique également que la notion de citoyenneté peut être large et inclure, par exemple, quelqu’un qui a grandi à Rimouski et qui n’y réside plus.

M. Parent explique que la Ville s’est fiée aux preuves de résidences fournies par les participants et n’a pas vérifié si d’autres finalistes n’habitaient pas à Rimouski.

Il dit être ouvert à une modification des règlements pour permettre à tout le monde de soumettre des projets, y compris, par exemple, à des résidents australiens.

S’il y a des gens qui ont des idées, peu importe, où ils se trouvent sur la planète et qu’ils désirent le soumettre dans un cadre d’un budget participatif aux citoyens ou aux citoyennes de Rimouski, moi je pense que c’est tout simplement une question de s’ouvrir vers l’extérieur.

Marc Parent, maire de Rimouski

Il précise que l’important est avant tout que le projet gagnant soit choisi par les résidents de Rimouski.

Un critère d’admissibilité commun

La citoyenneté est un critère d'admissibilité commun des budgets participatifs municipaux au Québec. C’est notamment le cas à Matane, Saint-Anne-des-Monts, Nicolet et Boisbriand.

Selon le Centre d’écologie urbain de Montréal, le budget participatif est un processus démocratique par lequel les citoyens décident de la façon de dépenser une part d’un budget public.

La directrice générale du centre, Véronique Fournier, explique que ce genre d’initiatives permet aux citoyens de participer à la transformation de leur milieu de vie et de déterminer leurs propres besoins, ce qui explique en partie pourquoi les projets doivent être soumis par des citoyens dans de nombreuses municipalités.

Les budgets participatifs sont aussi financés avec les impôts des citoyens.

On peut comprendre, dans ce sens-là, que la municipalité, d’une part pour des raisons de gouvernance financière, trouve important que ce soit des résidents, mais également dans la finalité ultime du budget participatif, qui est d’inviter les citoyens à contribuer au développement de leur milieu de vie, explique-t-elle.

Les Rimouskois pouvaient voter pour leurs projets favoris du 4 au 25 septembre. Les projets gagnants seront dévoilés mercredi soir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale