•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La libérale Sandra Pupatello veut légaliser les paris sportifs sur un événement à la fois

Sandra Pupatello est debout devant le casino Ceasars de Windsor.

La candidate libérale Sandra Pupatello affirme que le Parti libéral aura besoin d'une majorité pour légaliser les paris sportifs au Canada.

Photo : Radio-Canada / Yessica Chavez

Yessica Chavez

À moins de deux semaines du scrutin, la candidate libérale de Windsor-Ouest, Sandra Pupatello, s’engage à légaliser les paris sportifs sur des matchs uniques si elle est élue. Une promesse qui rappelle le projet de loi présenté par son adversaire néo-démocrate, Brian Masse, en 2016­.

Maintenant, c’est un bon moment pour présenter cette loi sur les paris sportifs. Il y a un an et demi, les États-Unis ont changé leur loi et, ici, à Windsor, l’industrie du jeu est une partie importante de l’économie, a souligné la candidate libérale.

Sandra Pupatello croit que le contexte autour des paris sportifs a beaucoup changé depuis que la Cour Suprême des États-Unis a aboli une loi fédérale interdisant de parier sur les matchs de football, de basketball et d’autres sports dans la plupart des États.

En 2016, Brian Masse, le député sortant qui se présente à nouveau pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) dans Windsor-Ouest, avait proposé un changement au Code criminel afin d’autoriser les paris sportifs. Son projet de loi a cependant été rejeté par les libéraux.

Au Canada, seul le type de pari sur plusieurs événements sportifs à la fois, est permis à l’heure actuelle.

Stratégie politique

L’engagement annoncé par Sandra Pupatello mercredi matin devant le casino Caesars de Windsor survient au moment où la lutte avec son plus proche rival Brian Masse s’intensifie.

La politologue Lydia Miljan de l'Université de Windsor estime que le choix de promettre un engagement déjà pris par son adversaire s’inscrit dans une stratégie électorale.

Lydia Miljan est assise à son bureau entourée de livres.

La politologue de l'Université de Windsor, Lydia Miljan, estime que la lutte entre le Nouveau Parti démocratique et le Parti libéral va être serrée jusqu'à la fin dans Windsor-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Dale Molnar/CBC

Idéalement, vous voulez que ce soit un élu du gouvernement qui présente votre projet de loi, plutôt qu’un député de l’opposition, parce qu’il y a plus de chances qu’il soit adopté. La stratégie de la candidate libérale, c’est de dire aux électeurs : "Moi j’ai le pouvoir de le faire", contrairement à un député de l’opposition, analyse-t-elle.

Avec seulement 11 jours pour convaincre les électeurs de Windsor-Ouest, les deux candidats se trouvent au coude-à-coude dans les sondages.

La lutte pour le siège à la Chambre des communes sera donc chaude jusqu’à la fin estime Lydia Miljan.

Sandra Pupatello est connue pour être une "princesse guerrière", mais c’est une circonscription difficile à remporter parce que Brian Masse est très populaire. Elle doit donc prouver qu’elle peut mieux représenter les électeurs dans une circonscription où le candidat Brian Masse a été réélu, élection après élection.

Lydia Miljan, politologue

Associations sportives

En mars dernier, le ministre des Finances ontarien, Vic Fedeli a demandé à son homologue fédéral, Bill Morneau, que le Code criminel soit amendé pour autoriser les paris sportifs sur un match à la fois.

Il a aussi dit avoir l’appui de plusieurs associations sportives comme la NBA, la Ligue nationale de hockey (LNH) et la Ligue canadienne de football (LCF). Sur la page web du dernier budget provincial, il est notamment possible de lire les commentaires de leurs commissaires tels que Randy Ambrosie de la LCF.

Avec la légalisation des paris sportifs aux États-Unis, le Canada doit aller de l’avant pour s’assurer que les industries canadiennes demeurent compétitives avec leurs homologues canadiennes, dit-il.

Windsor

Politique fédérale