•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas plus de 1 % pour les augmentations de salaire, prévient le ministre

Un enseignant donne un cours à des élèves du secondaire dans une classe d’informatique.

Le plafond de 1 % va s’appliquer aussi aux enseignants, prévient le ministre.

Photo : Getty Images/iStock/monkeybusinessimages

Radio-Canada

Le ministre des Finances de l’Ontario assure que le gouvernement va maintenir le cap et s’en tenir à des augmentations maximales de 1 % par année pour les employés du secteur public, y compris les enseignants.

Rod Phillips estime qu’il y a une limite à la capacité de payer des Ontariens.

Il rappelle que le gouvernement progressiste-conservateur a établi clairement ce plafond le printemps dernier.

Le ministre a fait ces commentaires alors que la province négocie avec les deux principaux syndicats d’enseignants.

Le ministre Rod Phillips au micro en conférence de presse

Le ministre des Finances de l'Ontario, Rod Phillips

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

La province a conclu une entente de principe dimanche avec le Syndicat canadien de la fonction publique, qui représente 55 000 employés de soutien d’écoles de la province. Le SCFP a obtenu une hausse de 1 % pour chacune des trois années du contrat.

Le président de la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO) a répliqué mercredi que son syndicat n’a pas l’intention d’accepter le plafond imposé par le gouvernement sur les hausses salariales.

Selon Harvey Bischof, le syndicat favorise une augmentation liée à l’Indice des prix à la consommation. Présentement, cela se traduirait par une hausse d’environ 2 %, mais cela pourrait être moins si l’économie ralentit.

Harvey Bischof parle aux médias sur un podium lors d'un point de presse à Queen's Park à Toronto.

Harvey Bischof, président de la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario

Photo : Radio-Canada / Myriam Eddahia

M. Bischof précise que les négociations entre la FEESO et le gouvernement en sont à leurs débuts et devraient se poursuivre tout au long du mois.

De son côté, le président de la Fédération des enseignants de l’élémentaire (FEEO) a estimé que les commentaires du ministre Phillips sont très décevants et ne contribuent pas à faire avancer les négociations.

Ces déclarations publiques par un représentant du gouvernement conservateur de Rob Ford sont déplacées, a soutenu Sam Hammond dans une déclaration écrite. Ça équivaut à négocier dans les médias.

Il ajoute que le gouvernement s’était engagé à ne pas procéder ainsi et qu’à ce titre M. Phillips rompt cette promesse.

Le contrat des enseignants est arrivé à échéance à la fin d’août.

D’après les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale