•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De futurs électeurs s'informent grâce à un débat dans leur école

Dave Delisle, Max Chapman, Carol Hughes et Heather Wilson s'adressent à une salle remplie de jeunes.

Des candidats locaux ont participé à une débat dans un école secondaire francophone de Kapuskasing.

Photo : Radio-Canada

Miguel Lachance

Les candidats aux élections fédérales de la circonscription d’Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, dans le Nord de l’Ontario, ont participé mercredi à un débat organisé par un enseignant et des élèves de l’école Cité des Jeunes de Kapuskasing.

Cinq des six candidats se présentant dans cette circonscription ont accepté de croiser le fer à l’invitation des élèves de cette école secondaire francophone.

Le seul absent était le candidat du Parti Rhinocéros.

L’environnement, la francophonie et la sécurité étaient au coeur des préoccupations des jeunes.

Ils m’ont ouvert les yeux sur les changements climatiques et qu’est-ce que les partis vont faire, a déclaré Justin Francoeur, élève de 12e année. C’est un grand enjeu qui ne disparaîtra pas.

Les candidats ont débattu en anglais, car seulement la candidate néo-démocrate et députée sortante, Carol Hughes, parle français.

Les questions des élèves ont été traduites pour les autres candidats.

Alexe Gendreau, élève à l'école Cité des Jeunes, pose une question lors d'un débat.

Des élèves, dont Alexe Gendreau, ont posé aux candidats des questions préparées en classe avant le débat.

Photo : Radio-Canada

Mme Hughes estime que ce genre d’exercice permet d’encourager les jeunes à voter une fois qu’ils auront le droit de le faire.

Je crois que c’est important que les jeunes [assistent] à un débat comme celui de Cité des Jeunes, souligne-t-elle.

C’est vraiment nos leaders du futur.

Carol Hughes, candidate néo-démocrate dans la circonscription d'Algoma—Manitoulin—Kapuskasing

Le candidat du Parti vert, Max Chapman, a raconté qu’il était lui-même au secondaire lors des dernières élections fédérales et qu’un des élèves dans la salle pourrait à son tour devenir candidat lors des prochaines élections.

Notre dossier Élections Canada 2019

Les élèves de l’école Cité des Jeunes sont nombreux à vouloir s’informer davantage, parce qu’ils devront se ranger derrière l’un des candidats dans le cadre d’une simulation de vote dans un peu plus d’une semaine.

J’ai un choix, mais je vais regarder à la télé d’autres débats, m’informer davantage pour faire le meilleur choix possible, affirme Alexe Gendreau.

Tous les élèves de la 7e à la 12e année voteront le 18 octobre comme si c’était le jour du scrutin.

La façade de l'école secondaire catholique Cité des Jeunes.

L'École secondaire catholique Cité des Jeunes de Kapuskasing se transformera en bureau de scrutin le 18 octobre pour une simulation de vote.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

La cafétéria sera alors aménagée en bureau de vote avec des isoloirs et des scrutateurs.

Une occasion d'apprentissage

L’initiative des élèves s’inscrit dans le cadre du programme Vote étudiant d’Élections Canada, pour sensibiliser les jeunes au processus démocratique.

L’enseignant Bruno Dufour organise depuis plusieurs années des votes simulés en marge des élections fédérales, provinciales et municipales.

C’est toutefois la première fois qu’il invite les candidats de la région à participer à un débat à l’école.

Il confie que cela lui a demandé beaucoup de temps et d’organisation. C’était de faire des téléphones, de s’assurer que tous les candidates et candidats soient ici, d'avoir les médias, de faire un horaire pour les élèves, d'aviser les enseignants.

Il indique qu’il a reçu l’aide de quelques élèves, par exemple pour installer des affiches, formuler les questions et préparer la salle.

Avec les informations de Jimmy Chabot

Nord de l'Ontario

Politique fédérale