•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coût de la vie à Toronto, une préoccupation au cœur de la campagne de candidates

Annamie Paul, candidate pour le Parti vert dans Toronto-Centre, Melissa Jean-Baptiste Vajda, candidate pour le Nouveau Parti démocratique dans University-Rosedale et Julie Dabrusin, candidate libérale dans Toronto-Danforth

Annamie Paul, Melissa Jean-Baptiste Vajda et Julie Dabrusin ont discuté d'enjeux qui touchent les électeurs de la région de Toronto.

Photo : Radio-Canada

Francis Beaudry

Alors que la flambée des prix du logement et le coût de la vie continuent d’être un enjeu qui préoccupe les Torontois, trois candidates aux élections fédérales ont échangé en français en proposant des solutions au problème.

Dans une discussion animée par Marjorie April sur les ondes de Radio-Canada à l’émission Y’a pas deux matins pareils, les candidates, toutes trois avocates, ont échangé sur leurs priorités pour s'attaquer au problème du coût de la vie à Toronto.

Elles constatent toutes que l’enjeu est au coeur des préoccupations des citoyens qu’elles rencontrent.

Tous les candidats conservateurs que Radio-Canada a contactés ont refusé de participer à la discussion et le Parti conservateur n'a pas répondu à nos demandes répétées pour identifier un candidat torontois qui peut s'exprimer en français.

Le bilan libéral attaqué

La libérale Julie Dabrusin a dû défendre le bilan de son parti, notamment en matière de logement. Elle a été élue pour la première fois en 2015 dans Toronto-Danforth, la circonscription du défunt Jack Layton, ancien chef du NPD.

Une femme devant un étalage de pains achète une miche de pain d'un boulanger.

La candidate libérale Julie Dabrusin fait campagne dans un marché public de sa circonscription.

Photo : Photo facebook de Julie Dabrusin

La candidate verte Annamie Paul, dans Toronto-Centre, a affirmé que malgré quatre ans de gouvernement libéral, la crise du logement dans sa circonscription n’a fait que s'aggraver.

Le taux de pauvreté parmi les couples sans enfant et les personnes seules a augmenté de 30 % dans les dernières années.

Annamie Paul, candidate du Parti vert dans Toronto-Centre

Elle en a profité pour affirmer que, s'il est porté au pouvoir, le Parti vert allait mettre sur pied une stratégie nationale pour les coopératives de logement, chose qui n’a pas été faite et qui a manqué sous le gouvernement Trudeau, a-t-elle affirmé.

Une femme qu tient une pile de dépliants dans ses mains parle à un homme au coin d'une rue, un chantier de construction en arrière plan.

Annamie Paul fait campagne dans la rue de sa circonscription de Toronto-Centre.

Photo : Radio-Canada

La néo-démocrate Melissa Jean-Baptiste Vajda, qui se présente dans University-Rosedale, a aussi critiqué le bilan du gouvernement Trudeau. Elle a affirmé que celui-ci avait moins dépensé pour les logements sociaux au niveau national que sous le gouvernement Harper. Le NPD propose quant à lui de construire 500 000  logements sociaux s’il forme le gouvernement.

Une femme candidate avec des dépliants en main se tient debout devant une porte ouverte, une autre femme est debout devant la candidate devant sa porte.

La candidate NPD Mélissa Jean-Baptiste Vajda fait du porte-à porte dans sa circonscription.

Photo : Radio-Canada

L’affirmation de Mme Vajda a été fortement contestée par Julie Dabrusin, qui a plutôt affirmé que Toronto a reçu des montants historiques pour la construction et l’entretien de logements sociaux au cours des dernières années.

La libérale avance qu’avec des mesures comme la Stratégie nationale sur le logement et l’incitatif à l’achat d’une première maison, la qualité de vie des aînés et des familles s’est améliorée dans sa circonscription.

Son parti s’engage à investir 20 milliards de dollars sur 10 ans pour construire des logements sociaux et des résidences pour aînés.

Nous avons la première Stratégie nationale de logement au Canada, je le vois dans ma communauté, il faut maintenant les construire ces logements.

Julie Dabrusin, candidate du Parti libéral dans Toronto-Danforth

Le coût de la vie est aussi un enjeu au coeur de la campagne du Parti conservateur. Le 23 septembre dernier, le chef Andrew Scheer a fait campagne au nord de Toronto, à Vaughan, où il a présenté son plan pour améliorer l’accès à l’immobilier et aux prêts hypothécaires.

Le français à Toronto, des droits à protéger selon les candidates

Interrogées après la discussion sur la place du français à Toronto, les candidates ont toutes souligné l’importance de différents enjeux pour la survie de la langue dans la Ville Reine.

La communauté francophone doit avoir accès aux services comme n’importe qui, elle doit avoir l’accès aux services juridiques et au gouvernement en français.

Mélissa Jean-Baptiste Vajda, candidate du Nouveau Parti démocratique dans University-Rosedale

La néo-démocrate a aussi affirmé que des investissements dans l’éducation en français et pour sa promotion sont nécessaires.

Julie Dabrusin, en tant qu’anglophone ayant grandi au Québec, dit avoir trouvé des similitudes entre ses origines et la situation des francophones à Toronto.

Elle dit vouloir travailler pour la défense des langues officielles du Canada.

Annamie Paul, qui a étudié en immersion française à Toronto, juge qu’il est important qu’un gouvernement puisse communiquer avec les citoyens dans leur langue maternelle. Elle voit la capacité de pouvoir apprendre le français dans les écoles comme un bénéfice d’être Canadien.

Toronto

Politique fédérale