•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gouffres sous la Transcanadienne : une étude est en cours en Nouvelle-Écosse

La Transcanadienne passe sur un gouffre près d’Oxford.

Deux ouvriers effectuent un forage dans le sol en bordure de l'autoroute.

Des forages sont effectués cette semaine près de la Transcanadienne à Oxford, en Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC / Brett Ruskin

Radio-Canada

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a déclenché une étude géotechnique sur les risques d’apparition de gouffres près de la Transcanadienne et d’affaissement de l’autoroute dans la région d’Oxford, en Nouvelle-Écosse.

Près de 10 000 véhicules, dont des camions de marchandises et des autobus scolaires, empruntent cette section de la Transcanadienne chaque jour.

Une photographie aérienne prise près d'Oxford.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette photographie aérienne montre une doline à l'endroit où la Transcanadienne a plus tard été construite (photo du bas).

Photo : Ressources naturelles Canada/Photothèque nationale de l'air

Une photo aérienne de la Transcanadienne à Oxford, en Nouvelle-Écosse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Transcanadienne telle qu'elle apparaissait en 1979.

Photo : Ressources naturelles Canada/Photothèque nationale de l'air

Le réseau CBC en Nouvelle-Écosse dévoilait récemment que l’autoroute avait été construite dans les années 1960 au-dessus de plusieurs dolines, des trous dans le sol formés par l’action souterraine de l’eau en région calcaire.

Lundi, des équipes ont commencé des forages près de l’autoroute. Elles ont prélevé des échantillons du sol pour analyse, afin de déterminer de quoi est composé le sous-sol dans cette zone.

Échantillons du sous-sol dans un contenant en bois.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les travailleurs ont prélevé des échantillons du sous-sol.

Photo : CBC / Brett Ruskin

Les trous de forage vont jusqu’à 30 mètres de profondeur. Une voie de l’autoroute était fermée plus tôt cette semaine en raison de la présence des équipes du ministère des Transports. Plusieurs autres forages seront effectués, selon la province.

À l'été 2018, un grand trou dans le sol était apparu soudainement dans un parc près du local du Club Lions d’Oxford. Des tests géologiques menés dans la propriété ont révélé un risque important d’apparition de nouvelles dolines.

Un grand trou rempli d'eau brune dans un parc à Oxford à la fin d'août 2018.

Le gouffre qui s'est formé à Oxford, en Nouvelle-Écosse, en août 2018.

Photo : Radio-Canada / CBC/Paul Poirier

Des images tirées de la Photothèque nationale de l'air (PNA) de Ressources naturelles Canada montrent qu’une série de gouffres de plus de 100 mètres de diamètre existaient sur plusieurs kilomètres entre Oxford et la ville de Springhill.

Les techniques modernes de construction routière permettent d'éviter les dolines, mais d’autres approches étaient privilégiées au moment de la construction de la route transcanadienne dans cette région.

Plusieurs trous de grande dimension se trouvent de chaque côté de la route.

Cette image prise à l'aide d'un radar optique montre que la Transcanadienne à Oxford a été construite au-dessus d'un réseau de dolines.

Photo : Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

On ferait aujourd’hui passer la route sur un pont qui ne reposerait pas sur le sol au-dessus d’une doline, indique Hany El Naggar, professeur de géotechnique de l’Université Dalhousie.

À l’époque, on remplissait les trous avec des roches. Un désastre peut donc se produire si le sous-sol s’effondre. Il était impératif que les autorités provinciales réagissent le plus vite possible pour régler ce problème potentiel, estime M. El Naggar.

Une porte-parole du ministère des Transports de la Nouvelle-Écosse, Marla MacInnis, a confirmé par courriel qu’une étude géotechnique a commencé cette semaine, et que les résultats permettront au gouvernement de mieux contrôler les risques futurs et de prendre les mesures appropriées si nécessaire.

D’après le reportage de Brett Ruskin, CBC

Nouvelle-Écosse

Transports