•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Monctonien de 93 ans se remet péniblement de la légionellose

Patti Proud pousse son père, dans un fauteuil roulant.

Patti Proud avec son père Jack Proud, qui est toujours en convalescence à l'hôpital après avoir contracté la légionellose au mois d'août.

Photo : CBC/Shane Magee

Radio-Canada

Jack Proud est l’une des 16 personnes qui ont contracté la légionellose lors de la récente éclosion à Moncton. L’homme de 93 ans est toujours en convalescence à l’hôpital de Moncton, où il réapprend à marcher.

Je dois vous dire que je n’ai jamais été aussi malade de ma vie, affirme celui que ses proches surnomment Jumpin’ Jack, parce qu’il menait une vie active avant de tomber malade.

Je suis en thérapie en ce moment. J’espère m’en sortir.

Jack Proud

M. Proud s’était rendu à Halifax avec sa fille pour une fête soulignant sa carrière comme agent commercial de l’entreprise Worlds Finest Chocolate lorsqu’il a commencé à se sentir malade, le soir du 20 août.

À l’hôpital d’Halifax, on a d’abord diagnostiqué une pneumonie chez lui. Il a été hospitalisé et transféré par ambulance à l’hôpital de Moncton, où le diagnostic de légionellose est finalement tombé, le 25 août.

Il est passé trois fois tout près de la mort, affirme sa fille, Patti Proud. Nous avons eu très peur!

Ces derniers jours, M. Proud a commencé à remonter la pente.

Avant de contracter la légionellose, Jack Proud, résident d’un vaste ensemble pour personnes âgées, People’s Park Tower, à Moncton, n’arrêtait pas de bouger. Il assistait régulièrement aux matchs de hockey des Wildcats et participait aux soirées dansantes de son complexe résidentiel.

Une enseigne où figure le nom « People's Park Tower ».

People's Park Tower est un vaste ensemble résidentiel pour personnes âgées.

Photo : CBC/Shane Magee

Il espère pouvoir reprendre ses activités un jour, même si dans son état actuel, rien n’est sûr.

« Je ne sais pas ce qu'elles cachent »

Les autorités de la santé publique refusent toujours de divulguer la source de l’éclosion, mais ont affirmé que le complexe People’s Park Tower n'était pas en cause.

Jack Proud et sa fille aimeraient que les autorités soient plus transparentes. Je ne sais pas ce qu’elles cachent, lance M. Proud.

Le médecin-hygiéniste régional, Yves Léger, a fait savoir que la source de la maladie avait été identifiée et que les lieux avaient été nettoyés.

La légionellose est causée par une bactérie qui vit dans des sources d’eau naturelles, comme les étangs, et dans des réseaux d’eau artificiels, tels que les climatiseurs et les spas. La maladie se contracte par l’inhalation de gouttelettes en suspension, qui peuvent voyager sur une certaine distance.

Une entreprise située à un kilomètre de People’s Park Tower, le producteur de cannabis Organigram, a prévenu ses employés, le 13 août, qu’elle fermait et nettoyait plusieurs tours de refroidissement dans lesquelles « un taux élevé » de bactéries avait été découvert, selon un courriel obtenu par CBC.

Cinq tours de refroidissement sur le toit de l'édifice.

Le service des ressources humaines de l'entreprise Organigram à Moncton a informé les employés en août 2019 d'un « taux élevé de bactéries » dans des tours de refroidissement de l'usine.

Photo : CBC/Shane Magee

Le courriel ne précisait pas quelle était la bactérie en cause, mais précisait que le ministère de la Santé faisait un suivi. Ce courriel a été envoyé au moment où les autorités sanitaires disaient que des tours de refroidissement dans l’ouest de la ville étaient la source de l’éclosion, sans toutefois identifier Organigram.

L’entreprise n’a pas voulu confirmer ni nier qu’elle était la source de la contamination.

Une réglementation réclamée

Patti Proud affirme que la santé publique devrait divulguer la source, pour obliger les propriétaires de tours de refroidissement à bien les entretenir à l’avenir.

Elle souhaite par ailleurs que la province adopte des règles pour s’assurer que ces appareils sont nettoyés régulièrement, de façon à éviter de nouvelles éclosions.

Le Québec a adopté de telles règles après une éclosion qui avait fait 14 morts en 2012, à Québec. En tout, 182 témoins avaient contracté la légionellose.

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Ted Flemming, a refusé d’accorder une entrevue à ce sujet.

Le Dr Yves Léger précisait toutefois, récemment, qu’un rapport sur l’éclosion recommanderait sans doute l’établissement d’un registre des tours de refroidissement et l’adoption de règles sur leur entretien.

Avec les renseignements de Shane Magee, CBC

Nouveau-Brunswick

Santé publique