•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taxis : le gouvernement Legault dépose un amendement, puis recule

Des taxis se suivent et bloquent la circulation.

Les chauffeurs de taxi menaçaient de déclencher une grève générale.

Photo : Radio-Canada / Patrick Louiseize

Alain Rochefort

Le gouvernement Legault a reculé rapidement au sujet d'un amendement à son projet de loi 17, qui a soulevé l'ire de l'industrie du taxi mardi soir.

Vers 21 h 30, le projet de loi 17 a été modifié pour empêcher les chauffeurs d'entreprendre des recours contre le gouvernement au sujet de la compensation qui leur sera versée pour la perte de valeur de leur permis.

Furieux, les chauffeurs de taxi du Québec menaçaient de déclencher une grève générale dès mercredi à la suite de ce qu’ils considèrent comme un « coup de force du gouvernement ».

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a toutefois reconnu, tôt mercredi matin, que cet amendement « n'aurait pas dû être déposé ainsi et sera modifié dès ce matin ».

L'opposition y voit cependant la preuve qu'il ne faut pas adopter à la presse cette réforme du taxi, comme le souligne le député et critique libéral en matière de transports, Gaétan Barrette.

« J'ai posé des questions sur chaque élément. Et hier soir, il y a eu une stratégie de nous en passer une. On l'a vu : ils retirent [l'amendement], mais sur le plan politique et démocratique, c'est gênant! » déplore M. Barrette.

Vers un bâillon?

Quoi qu'il en soit, les élus n'ont plus que quelques heures pour éviter un bâillon sur la réforme de l'industrie du taxi.

Le projet de loi est complexe : il comprend 275 articles, prévoit l'abolition des permis de taxi et des territoires ainsi que la régularisation des activités d'Uber au Québec.

Les tentatives pour arriver à une entente ont toutes échoué jusqu'ici.

Malgré le court laps de temps et la complexité du projet de loi, François Bonnardel croit tout de même que le recours au bâillon est toujours évitable.

« Je reste persuadé qu'avec ce qui s'est passé depuis 48 heures, on sera capable d'adopter tous les articles d'ici [mercredi soir] », a déclaré le ministre Bonnardel mercredi matin à l'Assemblée nationale.

Québec

Transports