•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laïcité : le fédéral a le « devoir » de se pencher sur les causes à la Cour suprême

L'entrevue de Jagmeet Singh avec Céline Galipeau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Tout gouvernement fédéral a le « devoir » de se pencher sur les causes à la Cour suprême qui touchent la Constitution, a affirmé Jagmeet Singh, au lendemain du débat des chefs en anglais, où il a été épinglé par son adversaire libéral en raison de sa position sur une possible intervention du fédéral dans la contestation de la loi québécoise sur la laïcité de l’État.

Lors du débat des chefs, Justin Trudeau n'a pas manqué de souligner la contradiction entre la volonté forte et affichée de Jagmeet Singh de défendre les droits des minorités et son refus de contester la loi québécoise, avec laquelle il se dit d'ailleurs personnellement en désaccord.

Jusqu'ici dans la campagne, M. Singh avait toujours été ferme sur le fait qu'il ne contesterait pas la loi sur la laïcité, qui prévoit notamment l'interdiction du port de signes religieux par certains employés de l'État. Pour le chef néo-démocrate, il en va du respect des compétences des provinces.

Or, hier, il a ouvert une légère brèche dans son discours en affirmant : « Quand ça se retrouve en Cour suprême, juridiquement, le premier ministre et le gouvernement fédéral doivent regarder ce qui se passe. »

« C'est un fait, tous les gouvernements ont le devoir de faire ça », a réitéré le chef néo-démocrate en entrevue au Téléjournal avec Céline Galipeau.

« Mais j'ai été tellement clair sur cette position. Je ne veux pas intervenir, a-t-il toutefois ajouté. Il y a une poursuite, c'est très important, je suis avocat, je ne veux pas intervenir. »

Par ailleurs, le chef du Nouveau Parti démocratique a soutenu que dans l'éventualité de l'élection d'un gouvernement minoritaire, ses dossiers prioritaires seraient la lutte contre les changements climatiques, la réforme électorale avec l'introduction d'un mode de scrutin proportionnel et l'accès aux soins de santé.

Notre dossier Élections Canada 2019

Politique fédérale

Politique