•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans Rivière-du-Nord, le défi olympique de vaincre le Bloc québécois

Jean-Sébastien Cloutier fait le portrait de la lutte dans la circonscription de Rivière-du-Nord.

Photo : Radio-Canada

Jean-Sébastien Cloutier

Le Parti conservateur du Canada mise sur l’ex-athlète olympique Sylvie Fréchette pour faire un gain dans la circonscription de Rivière-du-Nord, dans les Laurentides, mais sa médaille de députée sera difficile à gagner face à la résurgence du Bloc québécois. Portrait de circonscription.

Le choix d’une candidature vedette avait bien fonctionné dans Chicoutimi-Le Fjord, où l’ex-entraîneur de hockey Richard Martel avait obtenu 53 % des voix en juin 2018.

Dans Rivière-du-Nord, que le Bloc québécois a reprise au Nouveau Parti démocratique en 2015, la pente est plus abrupte. La circonscription ainsi que les trois anciens comtés qui l’ont constituée ont voté conservateur pour la dernière fois en 1988, à l’époque de Brian Mulroney.

Et voilà que le député sortant, le bloquiste Rhéal Fortin, profite du regain d’intérêt actuel pour son parti dans les intentions de vote au Québec.

J’ai fini par l’avoir, la médaille, après, raconte Sylvie Fréchette à une dame rencontrée dans un CHSLD de Saint-Jérôme. L’ex-athlète olympique peut parfois passer de 5 à 10 minutes à discuter avec les gens qu'elle croise.

C’est long mon affaire, mais j’aime ça! L’être humain qui est là, il m’a appris, on a échangé, on a eu du plaisir, explique-t-elle. La politique, pour moi, c’est un bonus, de dire "bien maintenant, qu’est-ce que je peux faire pour ces gens-là que je rencontre?"

Des électeurs ont toutefois un malaise avec certains enjeux soulevés durant la campagne, notamment celui de l’avortement. Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, a récemment confirmé qu’il était personnellement pro-vie, mais il s’engage cependant à ne pas rouvrir le débat sur les interruptions de grossesse.

Oui, je me le fais dire beaucoup, mais moi je ne change pas qui je suis, répond Mme Fréchette.

Ce que j’apprécie, c’est que j’ai un chef qui n’est pas hypocrite. Si lui n’est pas à l’aise, lui c’est un pro-vie, moi je suis une pro-choix, mais est-ce que ça veut dire qu’il n’est pas capable de gérer un pays?

Sylvie Fréchette, candidate conservatrice dans Rivière-du-Nord

Vent favorable pour le Bloc

Dans une circonscription considérée comme souverainiste qui a déjà eu comme député provincial Pierre Karl Péladeau, le bloquiste Rhéal Fortin semble avoir une longueur d’avance.

Je sens de l’enthousiasme chez les électeurs, qui voient d’un bon œil un Bloc québécois ragaillardi, qui fait élire 20 à 30 députés à Ottawa, dit M. Fortin.

On s’en contente, du statut d’opposition, on s’y complaît. Parce que nous, on a pour tâche, pour mandat, de bien représenter les électeurs du Québec.

Rhéal Fortin, candidat du Bloc québécois dans Rivière-du-Nord
Notre dossier Élections Canada 2019

Myriam Ouellette, du NPD, est devenue candidate alors que la campagne était déjà commencée. Elle n’a pas encore de pancartes.

Les néo-démocrates avaient terminé à quelque 1000 voix seulement du Bloc il y a quatre ans, mais les temps ont-ils changé? Je regarde une branche d’âge un peu plus jeune, je vous dirais autour de la trentaine, entre 20 et 40 ans, indique Mme Ouellette, ajoutant que son parti, avec sa plateforme, est prêt à faire face au défi des changements climatiques.

Florence Gagnon, la candidate libérale, rappelle que sa formation politique était à moins de six points du Bloc québécois en 2015. Elle mise sur les chances des libéraux de prendre le pouvoir. Moi, députée ici, c’est sûr que je peux aller chercher plus d’aide au niveau du gouvernement à Ottawa, dit-elle.

Suite et conclusion le lundi 21 octobre prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique