•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de main-d'oeuvre et environnement au cœur du débat dans Abitibi-Témiscamingue

Les six candidats d'Abitibi-Témiscamingue sont installés derrière des tables sur une scène, Annie-Claude Luneau animant le débat au centre.

Les six candidats dans Abitibi-Témiscamingue ont débattu à l'invitation de la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda et de Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Emily Blais

Au lendemain du débat en anglais de leurs chefs respectifs, les six candidats de la circonscription d'Abitibi-Témiscamingue se réunissaient à Rouyn-Noranda pour parler d'enjeux socioéconomiques.

Une soirée organisée par la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda en collaboration avec ICI Abitibi-Témiscamingue.

Développement régional, immigration et pénurie de main-d'oeuvre ainsi qu'environnement étaient les trois thèmes déterminés du débat.

Abattage de proximité en Abitibi-Témiscamingue

Les agriculteurs n'ont plus accès à un abattoir dans la région depuis près de 15 ans. Ils doivent donc transporter leurs animaux dans le sud du Québec pour les abattre.

La libérale Claude Thibault a donné l'exemple d'un projet pilote avec le nord de l’Ontario pour abattre les bêtes à consommer localement. « C’est une brèche que je veux exploiter qui a présentement été utilisée lors de la Foire gourmande qui permettait durant la période de la foire à avoir des bêtes qui puissent traverser la frontière et ainsi de suite », a-t-elle décrit.

Mario Provencher lui a répondu être surpris de l'entendre exposer cette idée. « Ce qu’elle explique, c’est exactement ce qu’ils m’ont expliqué qui avait été déposé sous le gouvernement Harper », a précisé le conservateur.

Claude Thibault a voulu ajouter un commentaire, mais s'est butée à un vous n'avez pas le droit de réplique de la part du candidat.

Jacques Girard, du Parti populaire, a fait dévier la conversation vers la taxe carbone, et a mentionné vouloir aider à l'exportation. Aline Bégin, du Parti vert du Canada, s'est concentrée sur la chasse. « C’est plus la question de toute la chasse et tout le fonctionnement pour être capable de débiter un animal. [...] Le problème se passe entre les deux provinces, c’est-à-dire la frontière, la frontière bloque les éléments. Et les éléments de permis, ça a rapport avec la loi, la loi du Québec versus la loi de l’Ontario. Alors nous, au fédéral, on peut simplifier cette barrière », a-t-elle mentionné.

Le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD), Alain Guimond, affirme qu'un ajustement réglementaire pourrait permettre le transport des bêtes. Finalement, Sébastien Lemire, du Bloc québécois, pense aussi créer des liens avec l’Ontario.

Transport en commun

Les candidats étaient en général d'accord pour mettre en place des mesures afin d'améliorer le transport en commun.

Du financement pour l'achat de voitures électriques a été mentionné par la libérale Claude Thibault, alors que des idées pour mener à la gratuité du transport en commun ont été avancées par le bloquiste Sébastien Lemire. L'importance de miser sur un transport adapté aux besoins des aînées et des étudiants a été soulignée par le conservateur Mario Provencher.

Les trois candidats lors d'un débat.

Jacques Girard, candidat du Parti populaire du Canada, Claude Thibault, candidate du Parti libéral, et Sébastien Lemire, candidat du Bloc québécois

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Seul le candidat du Parti populaire du Canada, Jacques Girard, n'était pas préparé à répondre à ce sujet. Il a tout de même mentionné aimer l'idée proposée par la candidate du Parti vert du Canada, Aline Bégin, d'un transport en commun pour des activités entre municipalités.

Projet de Gazoduq/GNL

Appelés à prendre position sur le projet de pipeline de gaz naturel par l'entreprise Gazoduq, Mario Provencher a préféré ne pas statuer sur la question. Il s'est toutefois dit à l'écoute des préoccupations des citoyens.

Alain Guimond s'opposera à tout projet qui augmentera l'exploitation des énergies fossiles. Pendant son débat à deux avec le bloquiste, les candidats étaient d'accord sur les répercussions. Sébastien Lemire pense que l'Abitibi-Témiscamingue aura tous les risques, pas d’avantages.

Pour Jacques Girard, c’est une transition imparfaite, mais adéquate.

Les trois candidats durant un débat.

Mario Provencher, candidat au Parti conservateur, Alain Guimond, candidat du NPD, et Aline Bégin, candidate du Parti vert

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Non, ça ne passe pas, il n'en est pas question, a répondu Aline Bégin.

Pour sa part, Claude Thibault a pris son temps de parole pour décrire le processus d'évaluation environnemental imposé par le gouvernement fédéral auquel l'entreprise doit se soumettre. Ce n'est pas demain la veille qu'il va y avoir une conclusion sur cette évaluation-là, a-t-elle indiqué.

Communautés autochtones

Lors du thème sur la pénurie de main-d'oeuvre, les candidats devaient mentionner leurs idées pour améliorer les conditions sociales et économiques dans les communautés autochtones de la région.

Alors qu'Aline Bégin, Mario Provencher et Sébastien Lemire ont parlé de leur plan, Alain Guimond a indiqué vouloir favoriser la réconciliation avant l'embauche.

De son côté, Claude Thibault a parlé des investissements en éducation dans les communautés autochtones et des employés de son restaurant.

« J’ai également des gens des communautés autochtones qui travaillent dans mon restaurant et je peux vous dire que ce sont des gens qui sont assidus, des gens qui travaillent fort, et je ne vois aucune différence entre ces gens qui sont présentement au cégep et qui veulent réussir, et qui ont à coeur de travailler dans leur communauté plus tard, et les autres personnes que j’ai dans mon restaurant », a-t-elle mentionné.

Jacques Girard n'a pas voulu prendre la parole sur cet enjeu.

À la fin du débat, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Rouyn-Noranda a demandé au candidat dont le chef sera élu d'exiger qu'Air Canada offre une desserte aérienne adaptée aux besoins de la région. Il a indiqué que la desserte actuelle a une incidence sur le développement économique des entreprises de l'Abitibi-Témiscamingue. Ce n'est pas un trip de président, c'est une réalité, a mentionné Jean-Claude Loranger.

Pour regarder le débat en entier sur la page Facebook d'ICI Abitibi-Témiscamingue, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Abitibi–Témiscamingue

Politique fédérale