•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Roberge réclame des tests sur la qualité de l'eau dans les écoles du Québec

Un enfant utilisant une fontaine.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre de l'Éducation du Québec a ordonné mardi une vérification de la qualité de l'eau potable des écoles.

Un rapport de l'Institut national de santé publique du Québec dévoilé cet été indiquait que les niveaux de plomb dans l'eau des écoles et des garderies pourraient influer sur le développement neurologique des enfants.

Plus récemment, le quotidien montréalais La Presse a dévoilé mardi matin les résultats accablants d'une enquête réalisée avec la collaboration de l'Université de Montréal sur les concentrations élevées de plomb dans l'eau de plusieurs écoles de la métropole.

Par conséquent, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, veut veiller à réduire la teneur en plomb dans l'eau.

On veut bien dire aux Québécois qu'il n'y aura pas de compromis qui sera fait sur la sécurité des élèves.

Jean-François Roberge, ministre québécois de l'Éducation

Le ministre a fait parvenir une directive aux commissions scolaires et aux écoles privées pour qu'elles testent la qualité de l'eau des fontaines.

Si on voit qu'il y a dépassement des normes, on va demander à ce que soient condamnées tout simplement ces sources d'approvisionnement pour donner de l'eau qui est saine aux élèves, a indiqué le ministre.

Une situation qui préoccupe beaucoup de parents qui estiment qu’il faut agir au plus vite. Certains ont demandé à leurs enfants de ne plus boire aux fontaines scolaires tant qu’il n’y aura pas d’étude officielle.

Le gouvernement ne prévoit pas pour le moment de budgets spéciaux pour financer les analyses et les travaux de modernisation de la plomberie des écoles.

Avec les informations de Jean-Philippe Robillard

Politique provinciale

Politique