•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec se dit confiant d’avoir suffisamment de vaccins contre la grippe

Le reportage de Catherine Gauthier

Photo : Associated Press

Catherine Gauthier

À l'approche de la saison de la grippe, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a craint une pénurie de vaccins. C'est que Santé Canada, qui approvisionne les provinces, a dû composer avec un problème d'homologation du vaccin, ce qui en a retardé la livraison.

Chaque année, on a de petits frissons par rapport à l'approvisionnement du vaccin contre la grippe, confie Yves Jalbert, directeur général adjoint à la protection de la santé publique, au MSSS. Produire un vaccin contre la grippe, c'est une série d'étapes qui doivent être réussies les unes après les autres.

Heureusement, les autorités se disent confiantes d'avoir reçu 85 % des doses commandées pour le début de la vaccination, prévue pour le 1er novembre. Le Québec a commandé 1,6 million de doses cette année pour vacciner les clientèles à risque.

Chaque année, c'est la même question : à quoi ressemblera la saison de la grippe? Les experts sont unanimes : c'est presque impossible à prédire.

Ce qu'on sait, c'est que lorsqu'on a eu de grosses années d'influenza dans le passé, souvent, les années suivantes vont être de plus petites années, parce qu'une grande partie de la population est déjà protégée, affirme le microbiologiste Karl Weiss, chef du département des maladies infectieuses de l'Hôpital général juif.

L’année dernière a été particulièrement difficile malgré un vaccin efficace à 72 %. Ce qu’on craint cette saison, c’est que la souche soit différente et plus virulente.

Quand on a une saison comme l’an dernier, qui était du H1N1, la probabilité c’est que ce qui s’en vient ça soit une saison de H3N2, et à ce moment-là ça frappe plus fort les personnes âgées, note Gaston De Serres, médecin épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec.

Pour cette raison, Québec mise encore une fois sur la sensibilisation et souhaite que la clientèle à risque – les personnes âgées de 75 ans et plus et celles qui souffrent de maladies chroniques – se fasse vacciner. Plus la population se protège, plus il y a de gens qui ont la vaccination, plus les personnes à risque sont protégées, rappelle la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann.

Elle ajoute que l’an dernier, seulement 32 % des personnes souffrant de maladies chroniques ont reçu le vaccin contre l’influenza. Il faut convaincre les gens à risque de prendre le vaccin, ajoute la ministre.

Les cliniques de vaccination vont débuter le 1er novembre, un peu partout au Québec et à l’échelle du pays. Il faudra toutefois attendre deux mois de plus pour savoir à quel point le vaccin de cette année, élaboré par les experts de l’Organisation mondiale de la Santé, est efficace.

Même s’il était efficace à 40 %, si je vous vaccine à 40 % contre une maladie qui est potentiellement mortelle, ce n’est quand même pas si mal, conclut Karl Weiss.

Vaccination

Santé