•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fonctionnaires aux prises avec des punaises de lit à Gatineau, dénonce un syndicat

Une punaise vue de près.

Les punaises de lit doivent piquer régulièrement afin de se reproduire (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Le Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada (SEIC) dénonce la présence prolongée de punaises de lit dans l'édifice situé au 70, rue Crémazie, à Gatineau, où travaillent des centaines de fonctionnaires fédéraux.

Selon le président du SEIC, Eddy Bourque, les premiers cas répertoriés de punaises de lit dans l'immeuble en question remontent à 2018, une situation qu'il juge inacceptable.

Malgré la mise en œuvre d’un plan d’action de lutte antiparasitaire et des traitements dans des zones ciblées de l’immeuble, les tentatives précédentes pour remédier à la situation se sont révélées infructueuses, a reconnu Stéfanie Hamel, une porte-parole de Services publics et Approvisionnement Canada, dans un échange courriel.

Bien que le gouvernement procède actuellement au traitement de l’ensemble du bâtiment, M. Bourque attend de voir les résultats avant de se réjouir. J'espère qu'ils prennent les démarches nécessaires pour régler le problème une fois pour toutes, mais ça va être à voir, explique-t-il.

Eddy Bourque, en entrevue à Radio-Canada.

Eddy Bourque est le président du Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Le SEIC demande également au gouvernement fédéral d'assurer la décontamination du domicile des employés qui auraient ramené des punaises de lit à la maison, mais aucune plainte à cet effet n'a été déposée pour l'instant.

Des punaises de lit, une personne peut les avoir sur soi-même, puis après ça, les apporter à la maison puis avoir tout une infestation à la maison [touchant] leur conjoint, leur famille. Si les enfants vont à l'école, ça peut s'éparpiller partout.

Eddy Bourque, président du Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada

En attendant que la situation soit réglée, l'employeur encourage les employés qui peuvent travailler de la maison à le faire, alors que les autres seront temporairement déplacés dans un autre bâtiment fédéral.

Les travailleurs du 70, rue Crémazie pourraient réintégrer l'immeuble de 11 étages dès le 15 octobre, selon le syndicat.

D'après le Répertoire des biens immobiliers fédéraux (Nouvelle fenêtre), le 70, rue Crémazie abrite également des locaux de Services partagés Canada et de Services publics et Approvisionnement Canada.

Avec les informations de Matthew Kupfer et Nicole Chiasson

Ottawa-Gatineau

Santé publique