•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les quatre saisons des pluies... d'étoiles filantes

Deux humains regardent une pluie d'étoiles filantes.

Il n'y a pas qu'en août qu'on peut observer des pluies d'étoiles filantes. Certaines, aussi intenses que les Perséides, auront lieu d'ici à la fin de l'année.

Photo : iStock / Allexxandar

Marilou Lamontagne

Saviez-vous qu’il est possible d’observer des étoiles filantes en octobre? Les Perséides du mois d’août sont certainement le phénomène du genre le plus connu. Pourtant, presque tous les mois, des pluies d’étoiles filantes illuminent le ciel. Certaines sont plus modestes que d’autres, mais d’ici à la fin de l’année, il y en aura quelques-unes dignes de mention.

À tout moment de l’année, des petits cailloux ou des grains de sable entrent dans l'atmosphère à haute vitesse presque chaque nuit. En entrant dans notre atmosphère, ils s'échauffent et se consument, créant une traînée lumineuse. C’est ce qu’on appelle des étoiles filantes sporadiques.

Il arrive que, dans sa trajectoire, la Terre traverse un nuage plus dense de poussières et de petits cailloux. C’est alors qu’on parle de pluie d’étoiles filantes.

Au lieu d’en avoir 2 ou 3 pendant la nuit, on va en avoir une à la minute, aux deux minutes ou aux cinq minutes, souligne le coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec, Robert Lamontagne.

Robert Lamontagne, coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec.

Robert Lamontagne, coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec.

Photo : Radio-Canada

D'ici au 10 octobre, les amateurs pourront observer la pluie des Taurides et des Draconides. Ces dernières sont plus modestes et permettent de voir entre 5 et 10 étoiles filantes à l’heure.

Les Orionides, dont l’apogée aura lieu autour du 21 et 22 octobre, permettront quant à elles de voir une vingtaine d’étoiles filantes à l’heure.

Quand lever les yeux au ciel?

  • 21 octobre : les Orionides (20 météores/heure)
  • 18 novembre : les Léonides (15 météores/heure)
  • 14 décembre : les Géminides (120 météores/heure)
  • 22 décembre : les Ursides (10 météores/heures)

Un spectacle qui s'étire dans le ciel

Tout comme les Perséides du mois d'août, les Géminides offrent un magnifique spectacle à la mi-décembre. Il en va de même pour les Quadrantides du début du mois de janvier. Lors de ces pluies, il est possible de voir entre 100 et 120 étoiles filantes à l'heure dans des conditions idéales.

La durée de ces pluies peut également varier.

La Terre tourne autour du Soleil et le nuage de petits grains de sable et de cailloux peut être relativement long à traverser [...] Ça peut s'étirer entre quelques jours, une semaine, et parfois, ça peut presque être 30 à 40 jours.

Robert Lamontagne, coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec

Les nuages ou poches de grains de sable sont les résidus laissés par le passage d’une comète autour du Soleil. Plus le passage de la comète est récent, plus le nuage sera dense et plus la pluie d’étoiles filantes sera intense.

Un ciel plein d'étoiles, dont certaines filantes

Des Géminides en décembre à Springville, Alaska

Photo : La Presse canadienne / AP/Mark Almond/AL.com

Par ailleurs, étant donné que la Terre voyage sur la même orbite, elle repasse au même endroit annuellement, ce qui explique pourquoi les pluies d'étoiles filantes ont lieu à peu près au même moment chaque année.

Certaines [pluies] sont très régulières et, en termes d’intensité et de richesse, plutôt constantes au fil du temps. C’est le cas des Perséides. C’est ce qui les rend aussi célèbres : le spectacle est toujours là, ajoute M. Lamontagne

Des noms selon la région du ciel

Les traînées lumineuses sont baptisées selon la région du ciel d’où elles semblent émaner, souligne le coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec.

Représentation artistique du dragon observé dans la nébuleuse d'Orion.

Représentation artistique du dragon observé dans la nébuleuse d'Orion.

Photo : NASA/SOFIA/Abigail Malate

Le nom d’une étoile indique le point d’origine apparent. Par exemple, les Draconides viennent de la constellation du Dragon, poursuit M. Lamontagne.

L’automne et l'hiver, certaines pluies d’étoiles filantes sont aussi impressionnantes que les Perséides de fin d'été. Pourquoi sont-elles moins populaires? Les températures plus froides y sont sûrement pour quelque chose.

Quelques trucs pour bien se préparer à l'observation des étoiles filantes

  • Trouver un endroit sans pollution lumineuse. Privilégier les endroits loin des centres urbains. Laisser les yeux s'habituer à l'obscurité durant un bon quart d'heure.
  • Contrairement aux Perséides, les prochaines pluies d’étoiles filantes auront lieu alors que les températures seront beaucoup plus fraîches, voire froides. Il faudra donc prévoir vêtements chauds et couvertures en conséquence.
  • Le meilleur moment pour l'observation est après minuit. À ce moment-là, les étoiles filantes sont plus brillantes, en raison du déplacement de la Terre allant à l'encontre des météorites (phénomène comparable à la pluie tombant plus fort sur le pare-brise avant que sur la vitre arrière lorsqu’on roule en voiture par temps de pluie).

Source : Espace pour la vie

Ottawa-Gatineau

Espace