•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrêt de production à la mine Langlois de Lebel-sur-Quévillon

Mine Langlois, Lebel-sur-Quévillon

Mine Langlois, Lebel-sur-Quévillon (archives)

Photo : Radio-Canada

Piel Côté

La mine Langlois, située à Lebel-sur-Quévillon, cessera sa production à compter du 1er janvier prochain. Cet arrêt de production sera d'une durée indéterminée.

Quelques-uns des 250 travailleurs conserveront leur emploi afin d'assurer l'entretien de la mine. La majorité des travailleurs se retrouvent cependant sans emploi.

Il est encore trop tôt pour savoir combien de gens nous garderons, prévient le directeur des ressources humaines de la mine Langlois, Andrew Artus.

Le directeur des ressources humaines mentionne que la mine ne peut plus fonctionner en accumulant les déficits.

Évidemment, c'est toujours un coup dur, mentionne le maire de Lebel-sur-Quévillon, Alain Poirier, qui s'inquiète pour les nombreux travailleurs de sa municipalité.

Environ 160 travailleurs employés par la mine Langlois résident directement à Lebel-sur-Quévillon.

115 emplois disponibles à Lebel-sur-Quévillon d'ici janvier

Le maire a néanmoins bon espoir de voir ces travailleurs retrouver du travail. La scierie Comtois, de l'entreprise Résolu, recherche environ une quinzaine de travailleurs afin de démarrer sa troisième faction de sciage. La main-d'oeuvre est un problème pour nous et si nous avions ces gens, ça ferait longtemps que nous aurions démarré ce troisième quart de travail, mentionne la superviseure en ressources humaines, Vicky Gagnon.

Il s'agit d'une bonne nouvelle pour nous, ajoute le directeur de la scierie Comtois, David Maltais.

Pour Chantiers Chibougamau, il s'agit également d'une bonne nouvelle. L'entreprise prévoit embaucher une centaine de travailleurs entre octobre et janvier pour la relance de l'usine de pâtes et papier Nordic Kraft.

Un complexe industriel.

L'usine Nordic Kraft de Chantiers Chibougamau à Lebel-sur-Quévillon

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Le directeur général du développement corporatif, Frédéric Verreault, mentionne que ses pensées vont d'abord aux travailleurs qui perdront leur emploi. Il assure toutefois que le profil des nouveaux chômeurs sera analysé afin de combler les emplois.

Évidemment, les gens qui ont un profil plus technique, plus mécanique d'électromécanicien, de mécanicien ou de technicien en instrumentation et contrôle sont des profils qui seront extrêmement pertinents pour les emplois qui restent à combler à Lebel-sur-Quévillon, soutient M. Verreault.

À vendre

La mine Langlois, qui appartient à Nyrstar, est présentement à vendre. Nous avons eu des visites depuis trois mois, mais pour l'instant, il n'y a rien d'officiel encore, spécifie M. Artus.

On savait évidemment que la minière Nyrstar était en difficulté, mais elle devait fermer au printemps alors ils ont devancé l'arrêt de production de quelques mois, confirme le maire Poirier.

Abitibi–Témiscamingue

Industrie minière