•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un monument à la hauteur des exploits de Secrétariat et de Ron Turcotte

Une sculptrice en Oklahoma, un jockey à la retraite à Drummond, au Nouveau-Brunswick. Entre les deux, un festival de passionnés. Histoire d'une course folle pour immortaliser Secrétariat et Ron Turcotte... et de l'aide du jockey pour y arriver.

La sculptrice Jocelyn Russell, à droite, avec deux de ses collaborateurs, Alex Emmons, à gauche, et Karl Schmidt, au centre, devant le monument.

La sculptrice Jocelyn Russell, à droite, avec deux de ses collaborateurs, Alex Emmons, à gauche, et Karl Schmidt, au centre.

Photo : Jocelyn Russell / Monument Secretariat 2019

François Le Blanc

Sur une route, quelque part entre l'Oklahoma et le Kentucky, un monument plus grand que nature de Secrétariat, monté par son jockey Ron Turcotte, se promène de villes en villages. Un pèlerinage de 1500 kilomètres, dont le fil d'arrivée sera Lexington, site d'un festival dédié à la mémoire du plus célèbre des pur-sangs, dont les exploits sont légendaires.

Le cheval en brun est monté par son jockey, revêtu de son dossard à carreaux bleu et or.

La maquette du nouveau monument consacré à Secrétariat et à Ron Turcotte.

Photo : Fesitval Secrétariat

Le monument fait une fois et demie la taille normale de Ron et de Secrétariat, explique Jocelyn Russell, sculptrice originaire du Colorado. Une fois sur son piédestal, la statue fera près de 4 mètres de haut, par 6 mètres et demi de long pour un poids total de 1725 kilos. Elle est fière du résultat.

C'est comme... ramener un nouveau membre de la famille à la maison! Un nouveau-né de 3800 livres

Jocelyn Russell en éclatant de rire.
La dame est à côté du monument. Sa tête arrive sous la patte avant du monument du cheval.

La sculptrice Jocelyn Russell, à côté d'une version encore en construction du monument de 4 mètres.

Photo : Facebook de Jocelyn Russell

Le départ du monument pour un périple de 1500 km, de l'Oklahoma vers le Kentucky, sa destination finale. (En anglais)

Lorsqu'elle a reçu l'appel du Festival Secrétariat, elle a rapidement évalué l'ampleur de la tâche. En 16 mois, la sculptrice devait créer un monument à la gloire du gagnant de nombreuses courses, dont la Triple Couronne, en 1973. Excitant, mais à la fois émouvant.

Ron Turcotte et Secrétariat, en noir et blanc, chevauchant sur la piste. Ron est presque couché sur la croupe du cheval.

Ron Turcotte et Secrétariat, en route vers la victoire au Belmont Stakes, le 9 juin 1973

Photo : The Associated Press

J'étais intimidée par l'échéancier, révèle madame Russell. Son horaire était chargé de projets et d'expositions. J'ai senti que, parce que Secrétariat est aimé et adoré par de nombreuses personnes, j'avais de la pression. Je me devais d'être aussi fidèle que possible.

Une démarche minutieuse

Il a fallu quatre mois de recherche pour trouver l'âme de sa future sculpture. La propriétaire de la ferme Claiborne, Dell Hancock, où Secrétariat s'est retiré, voulait une chose : démontrer le charisme du cheval.

Un personnage en argile est dans les airs et s'apprête à être déposé sur un cheval en argile, sans ses pattes.

Une étape de l'assemblage : le cavalier s'approche de sa monture.

Photo : Jocelyn Russell / Monument Secretariat 2019

Dans sa quête, Jocelyn Russell a notamment obtenu de l'aide du jockey de Secrétariat, Ron Turcotte. Elle s'est rendue à Drummond, dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, pour le rencontrer à deux reprises et elle a communiqué avec lui régulièrement.

C'est ma façon de procéder. Je n'aime pas travailler seulement à partir de photos. Je voulais rencontrer l'homme qui est assis sur ce cheval. Je ne sais pas s'il me prenait au sérieux la première fois que je suis présenté à lui. Mais, il a réalisé que j'étais en mission de réaliser l'oeuvre à temps et à sa satisfaction.

Jocelyn Russell, sculptrice
Ron Turcotte interviewé en combinaison de jockey, avec des lunettes au cou.

Le jockey canadien Ron Turcotte, en 1965

Photo : Radio-Canada

Monsieur Turcotte a été d'une aide précieuse. À partir d'une esquisse, il a donné des détails importants sur les étriers, les fers sur ses bottes, la posture, etc. Il était très pointilleux sur la position du jockey.

Elle aussi était pointilleuse. J'ai pris la sangle de ma sacoche et je lui ai tendue en disant : Montrez-moi comment vous teniez les rênes.

Jocelyn Russell s'est aussi servie de son expérience de travail chez un vétérinaire pour définir le cheval. Elle voyait des pur-sangs tous les jours.

Un duo indissociable

Ron et Secrétariat formaient toute une équipe. C'était important pour moi de bien les représenter. Ron va faire preuve d'humilité sur ses succès et que ce cheval aurait bien couru de toute façon. Mais, il était en harmonie avec le cheval. Et je pense que le cheval courait aussi pour Ron.

Jocelyn Russell

Après la recherche, Mme Russell a passé quatre mois à sculpter et modeler son oeuvre. Puis, il a fallu huit mois à sa fonderie, The Crucible, à Norman, en Oklahoma, pour mettre ensemble le métal, le bronze et l'argile.

Le dévoilement officiel aura lieu samedi matin à Lexington, au Kentucky.

Nouveau-Brunswick

Sports équestres