•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Bernier tente de se montrer plus vert

Maxime Bernier au micro de « Midi info », à Radio-Canada

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Au lendemain du débat anglophone, le chef du Parti populaire du Canada tente de se départir de l'étiquette de personne insensible à la cause environnementale.

Maxime Bernier promet, s'il est porté au pouvoir le 21 octobre prochain, de resserrer la réglementation pour protéger les cours d'eau canadiens.

Il assure que sa formation va investir pour permettre à Environnement Canada d'avoir les ressources nécessaires pour faire un bilan complet de la qualité des cours d'eau du pays.

Il cite des données de l'organisme fédéral pour rappeler l'importance d'agir. Plus de 215 milliards de litres de rejets provenant des égouts sont déversés dans les grands cours d'eau du Canada chaque année.

Selon Environnement Canada, c'est une augmentation de 10 % des rejets dans nos lacs et rivières au pays par rapport à 2013. Environnement Canada manque de ressources pour continuer les enquêtes. La réglementation n'est pas suivie. Nous voulons réinvestir de l'argent, affirme Maxime Bernier.

Des actions concrètes

Le Beauceron refuse de se faire taxer de personne insensible à la cause environnementale.

Nous sommes le seul parti qui propose des actions concrètes pour l'environnement. Les chefs des autres partis n'ont pas de solutions pour faire en sorte de respecter les objectifs de l'Accord de Paris. Ils sont hypocrites. Je suis réaliste. Il n'y a pas d'urgence climatique, lance-t-il.

Il persiste à dire que le gouvernement fédéral doit se retirer de l'Accord de Paris et éliminer la taxe carbone.

Maxime Bernier reproche aussi au chef libéral Justin Trudeau de vouloir investir 2,6 milliards de dollars en Afrique pour les changements climatiques, alors qu'il y a des investissements à faire d'abord au Canada.

Couper pour protéger

Maxime Bernier entend réduire de 5 milliards de dollars les subventions aux entreprises, réduire l'aide internationale de 4 milliards de dollars et éliminer le financement de Radio-Canada.

Il souhaite utiliser ces sommes pour atteindre l'équilibre budgétaire et investir dans les champs de compétence fédérale, comme l'environnement.

L'humain, responsable?

Le Beauceron soutient que la source principale des changements climatiques n'est pas l'activité humaine.

Je demande aux scientifiques de faire plus d'études sur l'impact du soleil et des océans sur les changements climatiques, affirme-t-il.

Jagmeet Singh et Maxime Bernier débattent.

Jagmeet Singh et Maxime Bernier ont débattu de diversité et de liberté d'expression.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Maxime Bernier se dit par ailleurs satisfait de sa performance au débat des chefs en anglais lundi soir.

Mon but était de faire connaître notre plateforme aux Canadiens. Je crois que ça a été mission accomplie, puisque durant le débat on a recherché beaucoup sur Google le nom de Maxime Bernier et Parti populaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique fédérale