•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vidéo montrant des saumons malmenés force Cooke Seafood à réagir

Trois saumons, dont un affligé d'un champignon.

Un saumon d'élevage semble être touché par une sorte de champignon. Cette photo est tirée d'images filmées en caméra cachée à une écloserie de Cooke Seafood, au Maine.

Photo : Compassion Over Killing

Radio-Canada

Le géant néo-brunswickois de l’aquaculture Cooke Seafood s’est excusé après la diffusion d’images qui mettent en évidence le mauvais traitement de saumons dans l’une de ses usines, au Maine.

Les images ont été filmées en caméra cachée par un membre de l’organisation américaine Compassion Over Killing, qui milite pour les droits des animaux. L'homme en question a travaillé à l’usine de Bingham, au Maine, de janvier à avril 2019.

Sur les images, on peut notamment voir un employé qui piétine un saumon vivant et qui en frappe un autre contre la paroi d’un bassin des installations piscicoles.

Un homme a le pied levé au-dessus d'un saumon près d'un bassin d'élevage.

Dans cette capture d'écran, on voit un employé piétiner un saumon.

Photo : Compassion Over Killing

Dans la vidéo de près de cinq minutes, on peut aussi voir des saumons déformés et malades, selon Compassion Over Killing. Dans l’un des passages, un employé, dont le visage est flouté, constate que des champignons sont visibles près des yeux d'un saumon.

L’organisation allègue que des saumons, dans cette écloserie, souffrent de difformités, d’infections fongiques, et qu’ils ne sont pas suffisamment anesthésiés avant de recevoir des vaccins.

Mea culpa de Cooke Seafood

Je suis déçu et attristé par ce que j’ai vu aujourd’hui, a réagi le PDG de Cooke Seafood, Glenn Cooke, dans une déclaration rendue publique lundi.

L’entreprise reconnaît que des « incidents inacceptables » se sont produits à son usine de Bingham.

Sur cette photo, l'employé frappe un saumon contre la paroi d'un bassin.

Sur cette photo, l'employé frappe un saumon contre la paroi d'un bassin.

Photo : Compassion Over Killing

Compassion Over Killing a déposé une plainte auprès de l’État du Maine, dont le département de l’Agriculture a ouvert une enquête.

Nous examinons les images et collaborons avec le département de l’Agriculture pour nous assurer que toutes nos pratiques sont conformes aux règles. Nous avons des discussions avec tous nos employés et nous allons instituer un programme rigoureux de formation à notre usine du Maine, a déclaré Glenn Cooke.

Informer le consommateur

Compassion Over Killing défend ses méthodes visant à exposer les cas de cruauté envers des animaux dans des usines. Nos enquêtes sont réellement la seule façon pour le public de savoir ce qui se passe derrière des portes closes, a déclaré Mike Wolf, le directeur des enquêtes de l’organisation.

Ainsi, a-t-il dit, les consommateurs peuvent faire des choix éclairés à propos des produits alimentaires qu’ils achètent.

Cooke Seafood exploite plusieurs fermes d’élevage du saumon au Canada atlantique. Elle attend d’ailleurs en ce moment le feu vert des autorités réglementaires pour un projet majeur d’expansion de ses installations à Liverpool Bay, en Nouvelle-Écosse.

Plus tôt cette année, Glenn Cooke affirmait que la réponse des autorités, si elle était positive, pourrait ressusciter le projet d’une usine de transformation du saumon d’élevage dans la province.

À l’échelle mondiale, Cooke Seafood a des usines et des bureaux sur quatre continents. Elle se présente comme la plus grande entreprise privée de produits marins dans le monde, avec une main-d’oeuvre de 9000 employés, dont 2000 au Nouveau-Brunswick.

Nouveau-Brunswick

Cruauté animale