•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3e lien : le BAPE examinera le dossier, assure Benoit Charette

Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques lors d'une conférence de presse

Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Photo : Radio-Canada

Carl Marchand

Une journée près avoir affirmé être « largement outillé » sur l'aspect environnemental d'un troisième lien entre Québec et Lévis, le ministre de l'Environnement assure que le projet sera soumis à un examen du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

« Ce que j'aurais dû mentionner en ajout, c'est qu'au niveau de la procédure d'évaluation environnementale, on garde la même ligne depuis le départ », a affirmé Benoit Charette.

« La procédure s'applique. Il y aura également un BAPE dans les prochains mois et les prochaines années. »

Appuis « excessivement forts »

Le dossier fait l'objet d'une mobilisation dans la région de Québec et de l'Est-du-Québec, selon Benoit Charette. Chose certaine, le 3e lien est une priorité du gouvernement Legault. Si un examen du BAPE a déjà mené à l'abandon d'un projet, il semble y avoir peu de chances que ça se produise.

« Ça permet plus souvent qu'autrement d'améliorer un projet. Rare, un BAPE va interdire ou recommander l'abandon », a nuancé le ministre, qui refuse de s'engager à le mettre au rencart.

Peu de chance que le 3e lien déraille, évoque Charette

C'est très hypothétique. Ce que je peux m'engager, par contre, si le BAPE va de recommandations pour bonifier ou améliorer le projet, on sera très intéressé à écouter ces recommandations-là.

Benoit Charette, ministre de l'Environnement

Le PQ « outré et scandalisé »

Les affirmations de Benoit Charette envoient un « signal extrêmement négatif », croit pour sa part Sylvain Gaudreault, porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière d'environnement.

« Entendre ça de la part du ministre de l'Environnement. Je pense qu'il s'est levé hier matin en oubliant qu'il était ministre de l'Environnement », a-t-il raillé.

Après le ministre des Forêts qui dit : "On va augmenter les coupes parce que c'est bon pour les GES", on retombe dans la novlangue du gouvernement de la CAQ qui dit qu'on n'a pas besoin d'études pour démontrer que c'est bon pour l'environnement, le troisième lien.

Sylvain Gaudreault, porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière d'environnement

Après avoir vanté les vertus environnementales du projet, le premier ministre a recadré le tir.

C'est un projet qui est d'abord pour permettre aux gens des régions [...] de circuler dans un délai raisonnable.

François Legault, premier ministre du Québec

« On va s'entendre. L'objectif premier du troisième lien, c'est de permettre aux gens de Chaudière-Appalaches de circuler, que ce soit en auto ou en autobus », nuance François Legault.

« Il y a un côté vert parce qu'il y aura une correspondance avec le tramway à Québec. »

L'affaire a rebondi à la période de questions. Le Parti libéral (PLQ) a accusé le gouvernement de manquer de transparence.

« On se demande même si la CAQ n'a pas trouvé un nouveau truc pour ne pas déposer des études : on n'en commande pas! » a lancé le porte-parole du PLQ en matière de transports, Gaétan Barrette.

« Depuis le départ de Sébastien Proulx, le Parti libéral, le député de La Pinière en tête essaie de saboter le projet de tunnel Québec-Lévis », a rétorqué le ministre des Transports, François Bonnardel.

Québec

Environnement