•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une restructuration immédiate de Nalcor causerait des problèmes, selon le PDG

Stan Marshall.

Stan Marshall, président-directeur général de Nalcor, a comparu devant la Régie des services publics de Terre-Neuve-et-Labrador, mardi, à Saint-Jean.

Photo : CBC / Bruce Tilley

Patrick Butler

Le président-directeur général de Nalcor, Stan Marshall, affirme qu’une restructuration de la société d’État avant la fin du projet de barrage de Muskrat Falls mènerait à la confusion à un point crucial pour le mégaprojet.

Lors de son témoignage devant la Régie des services publics de Terre-Neuve-et-Labrador (RSP), mardi, Stan Marshall a également rejeté l’idée selon laquelle la gestion du projet par Nalcor aurait immédiatement besoin d’être mieux supervisée.

M. Marshall indique qu’à ce point, les coûts restants pour mener à terme les travaux du barrage hydroélectrique sont inévitables et que la réglementation accrue du projet ne produira aucun changement.

Les coûts du projet ne changeraient pas, même si Nalcor était réglementée par la RSP.

Stan Marshall, président-directeur général de Nalcor

M. Marshall était le premier représentant de Nalcor à témoigner devant la RSP, l’agence de réglementation chargée de recommander à la province des moyens de réduire l’impact de la facture du projet de Muskrat Falls sur les tarifs d’électricité des contribuables.

La firme Liberty Consulting a déjà suggéré à la RSP l’élimination de 100 cadres supérieurs à Nalcor et à Hydro Terre-Neuve-et-Labrador pour économiser jusqu'à 21 millions de dollars par année. Elle recommande aussi le fusionnement de certaines unités de Nalcor et d’Hydro Terre-Neuve-et-Labrador.

Cependant, M. Marshall soutient que ces mesures pourraient nuire au succès du projet de 12,7 milliards de dollars, qui devrait être pleinement opérationnel d’ici la fin de 2021.

Je recommande d’attendre que le projet de Muskrat Falls soit terminé avant de faire des changements, affirme-t-il. Ne changez pas l’organisation. Ç'a déjà été suffisamment difficile. Attendez un an, sinon deux, avant de compliquer davantage la situation.

Pas de temps à perdre

Maureen Greene, l’avocate de la RSP, a cependant rappelé que si le gouvernement provincial ne prend aucune mesure d'ici 2021, les tarifs d'électricité des résidents de Terre-Neuve-et-Labrador vont plus que doubler.

Je suppose que l'un des problèmes avec ce que vous dites, [M. Marshall], c’est qu’il y a des augmentations de coûts qui s’en viennent, en 2021, et donc il n’y a pas beaucoup de temps à perdre.

Maureen Greene, avocate, Régie des services publics de T.-N.-L.

Liberty Consulting recommande également la supervision de toute vente et production d’électricité à Terre-Neuve-et-Labrador par la RSP.

La RSP réglemente actuellement toutes les activités d’Hydro Terre-Neuve-et-Labrador, l'organisme qui assure l’approvisionnement et le coût de l’électricité destinée aux consommateurs dans la province.

Toutefois, elle ne supervise pas les décisions et les activités de Nalcor, qui chapeaute le projet de Muskrat Falls et qui s’occupe de la vente de l’électricité aux marchés à l'extérieur de Terre-Neuve-et-Labrador.

D'autres projets hydroélectriques à l'horizon?

Mardi, M. Marshall a indiqué que malgré le fiasco de Muskrat Falls, la construction d’un autre barrage hydroélectrique sur le fleuve Churchill, cette fois à Gull Island, demeure une considération à moyen ou à long terme. Ce projet nécessitera la coopération du gouvernement du Québec.

Il affirme qu’il sait que les résidents de Terre-Neuve-et-Labrador ont déjà beaucoup souffert à cause d'un mégaprojet hydroélectrique. Il soutient néanmoins du même coup que l’abandon de ce projet serait une occasion ratée.

Si vous voulez aller de l’avant et si vous ratez cette occasion, ce sera une tragédie, ça aussi, avance-t-il.

« Je me suis engagé à terminer ce projet »

M. Marshall est à la tête de la société d’État depuis 2016. Il a indiqué mardi qu'il démissionnera de son poste en avril. Il avait dit vouloir occuper ses fonctions pendant quatre ans.

J’ai promis au premier ministre que je n’allais pas l’abandonner. Je me suis engagé à terminer ce projet.

Les audiences de la RSP se poursuivent jusqu'au 18 octobre. L'organisme de réglementation doit présenter ses recommandations d’ici la fin de janvier 2020.

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique provinciale