•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De multiples facteurs dans la mort de deux personnes lors d'un incendie à Rivière-du-Loup

pompiers au travail avec la SQ devant un quadruplex

Deux personnes ont péri dans l'incendie d'un quadruplex sur la rue Gilles, à Rivière-du-Loup, le 18 juin 2018. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Julie Tremblay

Plus d'un an après un incendie qui a causé la mort d'une mère et de son fils dans une résidence de Rivière-du-Loup en juin 2018, le Bureau du coroner conclut que de multiples facteurs expliquent cette tragédie.

Dans son rapport, la coroner Renée Roussel souligne d'abord l'absence probable d'un détecteur de fumée fonctionnel à l'étage et au rez-de-chaussée de la résidence incendiée.

Elle ajoute que le fait que l'une des victimes, Martine Deschamps, soit remontée à l'étage pour tenter de secourir son fils au lieu de sortir de l'immeuble en flammes a aussi contribué au fait qu'elle ait péri dans l'incendie.

Par ailleurs, la coroner souligne que le fils en question, Mike Pruneau, était endormi au début de l'incendie. Il était sous l'influence de trois médicaments qui lui étaient prescrits, ce qui, selon la coroner, a possiblement diminué les chances de M. Pruneau de se réveiller à temps pour pouvoir sortir ou d'avoir la coordination et la vigilance nécessaires pour le faire, peut-on lire dans le rapport.

La coroner Roussel mentionne aussi la présence d'une troisième personne dans l'appartement lors de l'incendie. Désorganisé et malade, le seul survivant de la maisonnée n'a pas pu porter secours ni à son frère ni à sa mère, conclut Mme Roussel.

Les deux victimes étaient âgées respectivement de 52 ans et de 18 ans.

L'enquête n'a pas permis de déterminer la cause de l'incendie.

Bas-Saint-Laurent

Incendie