•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Succès inespéré pour la campagne de sociofinancement de la passerelle de Causapscal

La passerelle de bois, au centre-ville de Causapscal.

La passerelle qui enjambe présentement la rivière Matapédia, au coeur de Causapscal, doit être remplacée.

Photo : Radio-Canada / Boris Firquet

Radio-Canada

La campagne de sociofinancement lancée pour la construction d’une nouvelle passerelle au coeur de la ville de Causapscal a permis d’amasser près de 106 300 $.

La somme a été recueillie en 63 jours grâce à La Ruche Bas-Saint-Laurent. Un succès remarquable, selon son directeur, Julien Boucher. Cette campagne serait au deuxième rang parmi les plus grosses réalisées avec La Ruche dans l’ensemble du Québec.

Quand on prend les cinq ruches actives au Québec à Québec et à Montréal, en Estrie, en Mauricie et au Bas-Saint-Laurent, la moyenne des projets est de 9500 $, donc de 10 fois supérieure à cette moyenne, précise-t-il.

Je crois qu’on est tombés sur un projet parfait, à bien des points de vue. Il faut que ça mobilise les gens et la passerelle de Causapscal est au cœur du village, souligne-t-il.

La passerelle Cédrico

La passerelle sera construite en bois d’ingénierie, ce qui serait une première au Québec. Elle portera le nom de la compagnie Cédrico, qui ajoute pour sa part 100 000 $.

Un pêcheur de saumon, à Causapscal

La ville de Causapscal

Photo : Radio-Canada / Geneviève Génier Carrier

Le président directeur général de l’entreprise, Denis Bérubé, rappelle que Cédrico a obtenu le soutien des gens de la Vallée lors de sa restructuration en 2011 et qu'il voulait redonner à la communauté.

Je me disais : ”Il va se présenter une occasion où je vais pouvoir rembourser ce qu’on m’a donné, d’une certaine façon.“ La région m’a aidé, les entrepreneurs forestiers, tous les gens qui travaillaient pour nous autres nous ont fait confiance et nous ont permis de redémarrer. Donc, je remets à la communauté aujourd’hui, explique-t-il .

Un succès phénoménal, selon le maire

Pour le maire de Causapscal, il s’agit d’un succès phénoménal. Il y a de l’argent qui vient de partout au Québec, dit-il. Ce sont des gens de la Matapédia, mais aussi des pêcheurs et des touristes qui sont passés.

Je dis souvent à la blague que la passerelle c’est notre deuxième lien, ajoute le maire. Les gens l’utilisent depuis 1977. La route verte passe par la passerelle. Les pêcheurs l’utilisent. On a dû la fermer parce qu’elle n’était plus sécuritaire. Les gens ont réagi et on a pu voir le degré d’attachement des citoyens pour leur passerelle.

Par ailleurs, la MRC de la Matapédia contribue à hauteur de 20 000 $. Nous sommes très heureux de contribuer au projet mettant en valeur une ressource importante de notre milieu, le bois, a commenté Michèle Pâquet, conseillère en développement territorial de la MRC de la Matapédia.

Construit il y a 42 ans, le lien piétonnier situé entre le parc de la Pointe et le site patrimonial Matamajaw, au centre-ville de la municipalité est désuet.

La nouvelle passerelle sera plus large et s'intégrera au réseau cyclable de la Route verte. Idéalement, l’ouvrage devrait être prêt pour l’été 2020.

Avec les informations de Michel-Félix Tremblay

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Infrastructures