•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui succédera au chef du Parti vert, Andrew Weaver?

Le chef du Parti vert, Andrew Weaver en gros plan.

Le chef du Parti vert, Andrew Weaver, et son parti ont obtenu près de 17 % des votes en 2017.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Radio-Canada

Andrew Weaver a été le visage d’un parti qui est passé de novice à redoutable presque du jour au lendemain. Et maintenant, il quitte la vie politique, mais non sans laisser son empreinte. Qui lui succédera?

Andrew Weaver a fait sortir le Parti vert d'une relative insignifiance et l'a mené à une position historique, dit le directeur des communications et de la stratégie du parti, Stefan Jonsson. Ce dernier souligne le rôle du chef dans la direction du premier caucus vert élu en Amérique du Nord, ainsi que son rôle dans la négociation des ententes avec le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Place à la course au leadership

Les stratèges du parti croient que les Britanno-Colombiens doivent pouvoir se reconnaître plus fidèlement dans les politiciens qui les représentent. Ils misent sur une course à la direction « énergique » qui mettra en valeur un groupe de candidats jeunes, diversifiés et issus des quatre coins de la province.

Le leader du Parti vert, Andrew Weaver (à gauche), et son homologue néo-démocrate, John Horgan (à droite).

Le leader du Parti vert, Andrew Weaver (à gauche), et son homologue néo-démocrate, John Horgan (à droite).

Photo : Reuters / Kevin Light

J'espère que nous verrons des candidats géographiquement plus éloignés, dit M. Jonsson. Nous avons beaucoup plus de contacts et beaucoup plus de soutien de la part de la province que lors de la dernière course à la direction.

Le défi pour les verts sera de tirer profit, lors des prochaines élections provinciales, en 2021, de l’élan qu’ils ont acquis au sein de l'Assemblée législative. Le parti devra faire campagne sur plus que des questions environnementales et miser sur le travail effectué par M. Weaver.

Écoutez l'entrevue du politologue Michael Byers à l'émission matinale Phare Ouest.

Il a vraiment apporté une dimension économique au parti. On peut le voir dans son travail sur CleanBC, qu'il décrit principalement comme un plan économique, indique M. Jonsson. Je pense que cela a élargi la base du parti et que le prochain chef pourrait continuer ce travail.

M. Weaver a déclaré, lundi, qu'il resterait chef du parti jusqu'à ce qu'un remplaçant soit trouvé.

Des visages familiers

Les noms les plus évidents de candidats à la direction seraient les deux autres membres du caucus des verts.

Pour l'instant, Adam Olsen, qui représente Saanich North et les Îles, ainsi que Sonia Furstenau, députée dans Cowichan Valley, ont déclaré qu'ils devraient d'abord discuter de toute candidature potentielle à la direction avec leur famille.

C'est une chose à laquelle je réfléchirai pendant un certain temps, mais, pour le moment, je me concentre vraiment sur le travail que nous devons faire ici, a déclaré Mme Furstenau à la suite de l'annonce de la démission de M. Weaver, lundi.

Nous avons un calendrier législatif d'automne très chargé, alors je vais me concentrer sur cela, dit pour sa part M. Olsen.

Le congrès à la direction du Parti vert se tiendra à Nanaimo en juin prochain.

Avec les informations de Tanya Fletcher

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Politique provinciale