•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau projet de multilogements sur la 7e Rue à Val-d’Or

Un terrai vague en gravier entourée d'une clôture.

Les nouveaux immeubles seraient situés à l’emplacement de l’entreprise Georges Auto, aujourd’hui fermée.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Thomas Deshaies

Le conseil municipal de Val-d’Or souhaite modifier son règlement de zonage pour permettre la construction de trois bâtiments de logements locatifs.

Si le projet du promoteur privé se concrétise, ces trois nouveaux immeubles à logements seraient situés sur la 7e Rue, à l’emplacement de l’entreprise Georges Auto qui est aujourd’hui fermée.

Carte satellite avec une flèche rouge indiquant le terrain.

Emplacement du terrain où serait situé le projet de multilogements.

Photo : Radio-Canada / Google Maps

Ce soir, on entame le processus pour amener cette zone-là dans un caractère à plus haute densité [possibilité de davantage de logements] que l’actuelle, explique le maire de Val-d’Or, Pierre Corbeil. D’un côté, c’est le parc industriel et de l’autre, je pense que le maximum c’est deux logements et trois étages. Là, on passerait à trois étages et à plus d’unités de logement.

Promouvoir la construction immobilière

Le maire de Val-d’Or avait déclaré publiquement il y a quelques mois qu’il souhaitait que davantage de promoteurs privés construisent de nouvelles habitations dans la municipalité.

On accompagne les gens qui veulent développer des projets ou qui veulent construire du logement à Val-d’Or. Pour que ces projets voient le jour le plus rapidement possible ou dans les meilleurs délais, souligne-t-il.

Il constate qu’il y a du « mouvement » actuellement, mais qu’il faudra poursuivre les efforts pour être en mesure d’accueillir davantage de travailleurs.

Ce n’est pas évident, mais il ne faut pas perdre de vue l’objectif. Il faut améliorer la quantité et la qualité des logements à Val-d’Or si on veut attirer de la main-d’œuvre, conclut-il.

Abitibi–Témiscamingue

Politique municipale