•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les quartiers électoraux du Grand Sudbury pourraient changer

Carte montrant les quartiers électoraux de la ville du Grand Sudbury.

Le Grand Sudbury compte actuellement douze conseillers pour douze quartiers.

Photo : Ville du Grand Sudbury

Radio-Canada

Les élus municipaux se pencheront mardi soir sur le découpage des 12 quartiers formant la municipalité. Toutefois, aucune décision ne sera prise lors de la réunion.

Actuellement, les électeurs choisissent un conseiller municipal par quartier.

Le système, qui n’a pas été révisé depuis 2005, est souvent critiqué, surtout quant au découpage géographique de certains quartiers. Ceux-ci comprennent une partie de l’ancienne ville de Sudbury et les communautés extérieures, comme Rayside-Balfour ou Vallée Est.

Certains conseillers proposent d’abolir les quartiers et de permettre aux électeurs de voter pour 12 élus, tandis que d’autres souhaiteraient un modèle hybride.

Plusieurs immeubles du centre-ville du Grand Sudbury.

Le Grand Sudbury remplace depuis 2001 l’ancienne municipalité régionale qui regroupait plusieurs municipalités locales sur le même territoire. Elle compte environ 165 000 habitants et est la plus grande ville ontarienne en terme de superficie.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

Ce que je proposais à l’époque, c’était huit quartiers et l’élection de quatre autres conseillers, de sorte que vous auriez toujours 12 élus et un maire, indique le conseiller du quartier 7 Mike Jakubo.

La suggestion du conseiller Jakubo remonte à 2015, mais le conseil municipal ne voulait pas alors parler de changements.

La spécialiste en politique municipale et professeure à l’Université d’Ottawa Caroline Andrew croit que l’abolition des quartiers pour une ville de la taille de Sudbury n’est pas idéale.

Si la ville est relativement petite,je pense que c’est possible d’imaginer que les gens peuvent avoir une idée des besoins et enjeux de toute la ville, explique-t-elle.

Mais à mesure qu’on s'urbanise, je pense que ça devient de plus en plus difficile qu’on peut avoir une vision totale des besoins de tous les quartiers de la ville.

Caroline Andrew, spécialiste en politique municipale et professeure à l'Université d'Ottawa

Il me semble que c’est difficile à imaginer avec autant de personnes et certainement, je suis certaine que différentes parties de la ville ne sont pas homogènes en termes de niveau de richesse et aussi en termes socio-économiques, ajoute Mme Andrew.

Elle croit aussi que cela pourrait nuire au taux de participation, déjà faible au niveau municipal, si les citoyens ont un plus grand nombre de candidats à choisir.

Pour sa part, le conseiller du quartier 6, René Lapierre, rappelle que le modèle sans quartier en est un parmi tant d’autres et que cela vaut la peine d'étudier différentes possibilités.

Le conseiller René Lapierre pose pour une photo.

René Lapierre croit qu'il faut vérifier si le système électoral convient encore, car la ville a beaucoup changé depuis 2005.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Est-ce qu'on a encore le bon montant de représentants pour les résidents de la ville du grand Sudbury. Est-ce que c'est le bon style, les gens [sont-ils] satisfaits? Est-ce qu'il y a des petits changements que nous devrions apporter dans certains quartiers parce que la population a changé depuis les derniers 10 ans?, se demande-t-il.

C'est les questions que j'aimerais regarder avec plus de détails spécifiques et avec des suggestions qui viennent des professionnels, conclut-il.

Nord de l'Ontario

Politique municipale