•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec accorde un prêt de 8 M$ à l'usine Fortress de Thurso

Un employé se dirige vers l’usine Fortress de Thurso.

La CAQ souhaite réunir les conditions favorables pour permettre la relance de l’usine Fortress de Thurso, en Outaouais, dont les dirigeants ont confirmé hier la fermeture temporaire.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Poudrier

Radio-Canada

Le gouvernement Legault a indiqué, mardi, qu’il octroie un prêt maximal de 8 millions de dollars à Fortress, ce qui permettra la mise en place d’un processus afin de trouver un investisseur stratégique pour son usine de Thurso.

Les dirigeants ont confirmé lundi la fermeture temporaire de l’usine Fortress de Thurso pour trois ou quatre mois. L’entreprise a expliqué sa décision dans un communiqué par le différend commercial en cours entre les États-Unis et la Chine, ainsi que [par] l’affaiblissement de la demande intérieure chinoise de textiles et de vêtements.

L'usine en question fait partie de l'industrie des pâtes et papiers depuis 1958, mais doit maintenant s'adapter aux défis du marché. La pâte de cellulose est maintenant vendue 100 $ de moins que ce qu'elle coûte à produire à Thurso.

Il y a quelques semaines, le gouvernement du Québec avait accordé à Fortress un prêt de 5 millions de dollars pour l’aider à maintenir les activités à son usine de Thurso et les 323 emplois qui y sont liés.

Le ministre provincial de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, souhaite que le nouveau prêt serve à instaurer des mesures de conservation des actifs pendant la fermeture temporaire de l’usine.

Il est important pour le gouvernement d’intervenir maintenant afin de maximiser les chances de relance de l’usine, de maintenir des emplois et de rassurer les fournisseurs. Fortress joue un rôle déterminant dans la structure industrielle forestière en Outaouais et dans les Laurentides, a indiqué le ministre Fitzgibbon.

Nous pensons qu’il est possible de rentabiliser l’usine en l’aidant à améliorer rapidement sa productivité.

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation

Malgré les investissements de la part du gouvernement, Fortress maintient sa décision de réduire temporairement sa production à son usine de cellulose en Outaouais. Seulement une cinquantaine d’employés garderont leur emploi durant les prochains mois.

L'intérieur d'une usine.

Le gouvernement de la CAQ veut permettre la relance de l'usine Fortress à Thurso.

Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

L'entreprise préserve l'option de redémarrer l'usine une fois que les prix courants seront revenus à un niveau normal, si elle parvient à réduire ses coûts de production.

On regarde des avenues stratégiques qui avancent très bien avec des nouvelles ou des conversations qui sont très positives, affirme Giovanni Iadeluca, le président-directeur général de Fortress Global.

Malgré tout, cette annonce ne change pas grand-chose au pessimisme et à l'incertitude qui planent dans la communauté.

Il n'y a aucune garantie que cette usine-là va repartir. Le gouvernement injecte 8 millions, mais sans aucune garantie, déplore Guy Diotte, le vice-président de la maintenance chez Unifor.

Un risque financier « calculé », dit le gouvernement

Pour sa part, le député de Papineau, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, aussi présent à la conférence de presse, a mentionné qu’une fermeture définitive entraînerait des répercussions importantes sur l’économie de la région.

Il est essentiel de soutenir les travailleurs et leurs familles. Ce sont des gens que l’on côtoie tous les jours. Il importe maintenant de prendre les moyens requis pour redresser la situation, et nous sommes là pour donner un coup de main en ce sens, a-t-il déclaré.

Pierre Fitzgibbon, Mathieu Lacombe et Benoit Lauzon lors d'une conférence de presse à Thurso.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, accompagné par le député de Papineau, ministre responsable de la région de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, ainsi que Benoit Lauzon, maire de Thurso.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Poudrier

En 2010, la société Fortress Cellulose Spécialisée a acquis l’usine de pâte kraft située à Thurso, en Outaouais. L’usine était alors fermée et Fortress projetait de la convertir à la production de pâte dissolvante. La construction d’une usine de cogénération de 24 mégawatts était aussi prévue.

Le gouvernement du Québec a participé au cours des années au financement de ce projet en consentant un prêt de 102 millions de dollars sur un coût total projeté de 175 millions de dollars.

Le coût final du projet a toutefois atteint 300 millions de dollars, soit un dépassement de 125 millions de dollars, ce qui a nui à la performance de Fortress.

Le gouvernement du Québec a accepté, en mai 2019, de modifier le décret existant afin de prolonger le moratoire sur le remboursement du prêt de 102 millions de dollars jusqu’au 31 mars 2022.

La compagnie Fortress et le gouvernement caquiste demeurent sûrs de pouvoir trouver un acheteur ou un investisseur rapidement pour redémarrer les activités régulières à l'usine de Thurso le plus vite possible.

Avec les informations de Laurie Trudel

Ottawa-Gatineau

Emploi