•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Val-d’Or fustige le projet de réforme des commissions scolaires de la CAQ

La pancarte de la Commission scolaire de l'Or-et-des-Bois devant le bâtiment de son centre administratif.

La Commission scolaire de l'Or-et-des-Bois couvre les grandes villes de Malartic, Senneterre et Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Thomas Deshaies

Le maire de Val-d’Or, Pierre Corbeil, dénonce le projet de loi 40 déposé il y a quelques jours par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. Il s’agit selon lui, d’un « exercice de centralisation », qui nuira à la population de l’Abitibi-Témiscamingue.

Jean-François Roberge

La nouvelle loi permettra au ministre Jean-François Roberge d’imposer des regroupements de services et de déterminer des objectifs ou des cibles pour les centres de services scolaires.

Photo : Radio-Canada

La CAQ compte transformer les commissions scolaires en « centre de services » avec le projet de loi 40. Le maire de Val-d’Or ne croit visiblement pas, comme l’affirme le ministre de l’Éducation, que ce projet contribuera à la décentralisation des prises de décision.

Je ne peux pas m’empêcher de faire un parallèle à ce qu’on a vécu au niveau de la santé, dans un exercice de centralisation et de prise de décision ailleurs que chez nous, a déploré M. Corbeil, en marge de la séance du conseil municipal de lundi.

Si le projet de loi est adopté, le ministre de l’Éducation aura de nouveaux pouvoirs, dont la possibilité d’imposer des objectifs aux centres de services et des regroupements de ces centres.

Moi, j’ai comme une vision que ces centres de services là vont devoir d’abord répondre au ministère de l’Éducation à Québec, puis après aux citoyens, puis après aux professeurs, puis après aux directions d’école.

Pierre Corbeil, maire de Val-d’Or

Le milieu scolaire a déjà été touché par des logiques centralisatrices, estime M. Corbeil.

Le précédent gouvernement avait aboli les directions régionales du ministère de l’Éducation dans son exercice de redressement budgétaire. Et là, on s’en va dans une autre démarche où les décisions vont se prendre à distance, a-t-il dénoncé.

Une collaboration caractéristique

M. Corbeil soutient que la région est caractérisée par une étroite collaboration entre les commissions scolaires et les municipalités, pour le mieux-être de nos populations.

Il cite en exemple la collaboration sur plusieurs projets entre les deux paliers de gouvernement, dont l’aménagement de parcs, la construction de résidences et le Théâtre Télébec à Val-d’Or qui a été construit dans la Polyvalente Le Carrefour.

Et là, il y a un inconnu (fonctionnaire du ministère de l’Éducation) qui va se mettre en travers de notre chemin et qui va probablement rendre plus complexe la prise de décision, a-t-il souligné.

La collaboration ne serait pas aussi étroite dans d’autres régions du Québec, croit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !