•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécurité routière : la Ville de Sherbrooke mise en demeure par un citoyen

Pancarte de passage piétonnier dans la rue.

Archives

Photo : Radio-Canada

Charles Beaudoin

Un citoyen a profité de la période de questions du conseil municipal lundi afin de mettre en demeure la Ville de Sherbrooke et la forcer à augmenter la sécurité des piétons à l'angle du boulevard Bourque et de la rue du Président-Kennedy, dans le secteur Rock Forest.

Carol Boulet a soulevé avec ironie que pendant que la Ville tenait une conférence de presse pour lancer la campagne Bon pied, bon œil, jeudi dernier, sa petite-fille de six ans s'est fait renverser par une voiture essentiellement parce que la signalisation à cet endroit est totalement déficiente et insuffisante.

Carol Boulet, au conseil municipal de Sherbrooke.

Le citoyen Carol Boulet a mis en demeure la Ville de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

M. Boulet dit avoir communiqué à plusieurs reprises depuis le 30 mars 2018 avec le conseiller du district Deauville, Pierre Tremblay, qui aurait lui-même contacté les services de la Ville, sans succès.

En date d'aujourd'hui, tout ce qu'on nous dit, c'est que ça fait partie d'un projet de révision de l'ensemble de la signalisation du secteur et que les budgets ne sont pas là pour, en d'autres termes, assurer la protection de nos enfants et des piétons qui traversent cette importante intersection, déplore Carol Boulet.

Ce dernier a donné une semaine à la Ville pour qu'elle interdise notamment le virage à droite au feu rouge, qu'elle installe des feux pour les piétons et qu'elle peigne des couloirs de sécurité pour les piétons. Le Sherbrookois souhaite également la présence de brigadiers scolaires à l'intersection.

La directrice des infrastructures urbaines, Caroline Gravel, a souligné que des travaux à cette intersection sont déjà inclus dans le budget de 2019. La Ville est toutefois en attente de travaux d'un promoteur privé qui doivent être exécutés sur la rue Henri-Labonne avant de pouvoir les terminer.

Actuellement, il y a un bouton piéton où tous les feux deviennent rouges lorsqu'il est actionné, mais ce qui s'en vient, ce sont des têtes de feux de piétons et une protection un peu plus grande que ce qu'il y a actuellement, a expliqué Mme Gravel.

Comme la Ville est mise en demeure, la présidente Nicole Bergeron et le maire Steve Lussier n'ont pas voulu commenter davantage la situation.

Pierre Tremblay tenant un journal entre ses mains pendant le conseil municipal de Sherbrooke.

Le conseiller municipal Pierre Tremblay pointant une photo représentant du marquage au sol pour piétons en une du quotidien « La Tribune ».

Photo : Capture d'écran / Diffusion du conseil municipal de Sherbrooke

Qu'à cela ne tienne, le conseiller Pierre Tremblay a quant à lui vilipendé la Ville à deux reprises en dépit des avertissements de Nicole Bergeron, qui l'a prévenu qu'il pourrait être « difficile de remettre la pâte à dents dans le tube ».

Le marquage au sol, ça ne coûte pas des millions et c'est évident qu'il y a un passage piétonnier, a souligné l'élu du district de Deauville. Le principe de Bon pied, bon œil, c'est que l'automobiliste est sensibilisé au fait qu'il n'y a peut-être pas de piétons au moment où il va passer, mais il sait très bien qu'il doit en passer assez régulièrement et que ça peut représenter un danger.

La situation est d'autant plus embarrassante lorsqu'on se proclame comme gouvernement de proximité, a-t-il ajouté en toute fin d'assemblée.

Estrie

Politique municipale