•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

GM redémarre la production à son usine d'Ingersoll malgré la grève aux États-Unis

Des travailleurs procèdent à l'assemblage d'un véhicule à l'usine de GM à Ingersoll.

Des travailleurs procèdent à l'assemblage d'un véhicule à l'usine de GM à Ingersoll (archives).

Photo : La Presse canadienne / Dave Chidley

Radio-Canada

Le syndicat Unifor s'attendait à ce que l'usine d'assemblage de General Motors (GM) à Ingersoll ferme complètement, mais le fait d'avoir des pièces en réserve lui permet de rester en activité.

GM était très préparé, a dit le résident d'Unifor, Jerry Dias. Lui qui pensait que l'usine serait obligée de fermer en raison d'une pénurie de pièces, croit désormais que la compagnie peut la faire fonctionner jusqu'à la fin octobre.

L'installation avait interrompu ses activités la semaine dernière, mais cette pause était déjà prévue au calendrier avant le début de la grève de près de 49 000 travailleurs aux États-Unis, membres du syndicat des travailleurs unis de l'automobile (UAW), qui a entamé sa quatrième semaine.

En gardant Ingersoll en activité, avec environ 2400 employés horaires, GM peut aussi conserver environ un tiers de son personnel à son usine de St. Catharines, qui fournit des moteurs de Chevrolet Equinox, un véhicule produit à Ingersoll.

La grève aux États-Unis a cependant forcé la fermeture de l'usine d'assemblage d'Oshawa et l'interruption de la production à son usine de St. Catharines.

Les travailleurs subissent les conséquences du conflit de travail, mais soutiennent les grévistes américains, a fait valoir M. Dias.

Il ne fait aucun doute que certains de nos membres, particulièrement dans le secteur des pièces, ressentent l'effet (de la grève), mais ils sont aussi pleinement solidaires des UAW parce que c'est ce que nous vivons, nous vivons avec les décisions de GM, alors les gens sympathisent grandement.

Le syndicat des UAW a indiqué dimanche que les négociations s'étaient dégradées lorsque GM a répondu à des propositions du syndicat avec une offre que le syndicat avait déjà rejetée.

Dans une déclaration, GM a indiqué continuer à négocier en faisant preuve de bonne foi, avec de très bonnes propositions qui profitent aujourd'hui aux employés et qui bâtissent un meilleur avenir pour nous tous.

L'incidence de la grève a traversé tout le secteur automobile. Le fournisseur de pièces d'automobiles Linamar a indiqué la semaine dernière que la grève lui coûtait environ 1 million $ par jour, tandis que les analystes estiment que GM perd environ 80 millions $ par jour de grève. Magna International et Martinrea International n'ont pas répondu à une demande de commentaires.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Industrie automobile