•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les syndiqués d’Unifor rejettent l'offre finale de Purolator

Un camion de Purolator stationné dans une rue.

Les syndiqués d'Unifor pourraient déclencher une grève dès la fin octobre.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Les 164 travailleurs du transporteur Purolator au Québec, qui sont syndiqués chez Unifor, ont rejeté l'offre finale de l'employeur dans une proportion de 72 % au cours d'assemblées générales qui se sont tenues à Québec et Montréal, en fin de semaine dernière.

Durant la fin de semaine du 14 septembre, ces travailleurs s'étaient dotés d'un mandat de moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève générale illimitée.

Vu les délais impartis par le Code canadien du travail, une éventuelle grève pourrait être déclenchée en novembre, soit pendant la période des achats des Fêtes.

L'offre finale de l'employeur avait été déposée lors d'une journée de conciliation, le 18 septembre dernier.

La période de conciliation est maintenant terminée. Une médiatrice a été nommée au dossier; elle y travaillera jusqu'au 21 octobre, après quoi un préavis de grève de 72 heures pourrait dès lors être donné, a fait savoir le syndicat Unifor.

Le principal point en litige porte sur les salaires. Le syndicat Unifor, qui est affilié à la FTQ au Québec, affirme que l'employeur voudrait ramener les salaires au niveau de ce qu'ils sont ailleurs au pays.

Le salaire moyen de ces travailleurs au Québec est d'environ 20 $ l'heure, a rapporté le représentant national du syndicat Unifor, Marcel Rondeau.

Ces 164 travailleurs sont des agents au comptoir des points de cueillette et d'expédition et des agents du service à la clientèle.

La direction réplique

De son côté, la direction de Purolator a estimé avoir présenté une offre équitable à ses employés du Québec.

Nous continuons de négocier de bonne foi. Nous sommes déçus du résultat du vote sur cette offre, mais nous restons déterminés à négocier une convention collective équitable, qui positionnera nos employés et Purolator sur la voie de la croissance et du succès, a fait savoir le service des relations avec les médias et les affaires publiques.

La direction a précisé que le syndicat concerné chez Unifor représentait un petit groupe d'employés des centres d'expédition et administratifs du Québec, donc aucun employé affecté au tri ou à la livraison des colis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Relations de travail

Économie