•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des accusations sont portées contre Irving Oil à la suite de l'explosion à sa raffinerie

Un incendie est vu au loin, derrière des bâtiments, et une colonne de fumée noire s'élève dans le ciel.

Une explosion majeure s'est produite à la raffinerie Irving, à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, en octobre 2018.

Photo : Reuters / Michael Hawkins

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Travail sécuritaire NB dépose trois accusations contre deux entreprises d'Irving à la suite de l'explosion qui a fait plusieurs blessés à sa raffinerie il y a près d'un an.

Travail sécuritaire NB a déposé les accusations le 1er octobre. L'une d'elles est portée contre Irving Oil en vertu d'un article de la Loi sur l'hygiène et la sécurité au travail du Nouveau-Brunswick, qui oblige tout propriétaire d'un lieu de travail à prendre toutes les précautions raisonnables pour protéger la santé et la sécurité des personnes qui s'y trouvent.

Une gerbe de flammes s'échappe de la raffinerie.

L'explosion a été ressentie à des kilomètres à la ronde.

Photo : Doug McLean

L'entreprise Irving Oil Refining GP, pour sa part, est aussi accusée de ne pas avoir pris toutes les précautions raisonnables pour assurer la santé et la sécurité de ses employés. Elle doit également répondre à une deuxième accusation, qui concerne la tuyauterie et d'autres appareils qui servent au transport de matières dangereuses.

Travail sécuritaire NB refuse toutefois de rendre public le rapport d'enquête définitif sur l'incident. L'agence ne veut pas non plus commenter les résultats de son enquête.

Cela ne fait pas l'affaire des résidents qui habitent tout près de la raffinerie et qui cherchent toujours des réponses.

Nous avons été patients et nous avons attendu. Comme tout le voisinage ici, je suis curieux. Nous avons le droit de connaître le contenu de ce rapport. L'explosion a touché des milliers de résidents ici, indique un résident dont la maison est située tout près de la raffinerie.

Il déplore le mutisme dont font preuve les autorités et la grande entreprise pétrolière. Il croit que les gens ont le droit de savoir ce qui a causé l'explosion.

Cinq blessés mineurs parmi plus de 3000 travailleurs

Une forte déflagration avait secoué la raffinerie - la plus importante au Canada - le jour de l'Action de grâces, l'an dernier. Cinq employés avaient été hospitalisés tandis qu'un certain nombre d'autres avaient reçu des soins auprès de leur médecin de famille.

En janvier dernier, le directeur adjoint des enquêtes à Travail sécuritaire NB, Éric Brideau, affirmait que plus de cinq employés et sous-traitants ont déposé des demandes d'indemnisation à la suite de l'explosion.

Il révélait aussi à ce moment-là que l'enquête était centrée sur les tuyaux dans une unité de traitement du diesel, là où la déflagration s'était produite.

La fumée monte dans le ciel au-dessus de la raffinerie.

Une épaisse fumée noire se dégageait du brasier.

Photo : Gracieuseté Linda Mowery

L'explosion avait été si forte que les enquêteurs avaient dû attendre des semaines avant de pouvoir accéder à certaines parties de la raffinerie, où le feu couvait toujours.

Près de 3000 travailleurs étaient sur place au moment de l'explosion, soit plus que le nombre habituel, puisqu'un vaste projet de remise à neuf de la raffinerie était en cours.

Avec des renseignements de Rachel Cave, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !