•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La défense des Gee-Gees remporte le match Panda

Des joueurs des deux équipes en action sur le terrain.

Les Gee-Gees de l'Université d'Ottawa ont remporté le match Panda 2019 contre les Ravens de l'Université Carleton.

Photo : Greg Kolz, uOttawa Sports Services

Kim Vallière

L’adage veut qu’au football, la défense gagne les championnats. Celle des Gee-Gees de l’Université d’Ottawa n’a pas encore remporté les grands honneurs cette saison, mais elle peut se vanter d’avoir permis à son équipe de rafler le 51e match Panda.

Les Gee-Gees ont battu les Ravens de l’Université Carleton 32-10 samedi après-midi devant 24 626 partisans à la Place TD, un nouveau record pour l’événement.

Beaucoup d’étudiants n’ont pris place dans leur siège qu’au début de la deuxième demie, ralentis par les longues files d’attente de la sécurité pour pénétrer dans le stade.

Ceux qui encourageaient le Gris et Grenat n’ont rien manqué, alors que ceux qui portaient les couleurs des Ravens ont manqué les principaux moments d’éclat de leurs favoris.

Ces derniers menaient 10-1 à la demie. Qu’est-ce qui a été dit dans le vestiaire d’Ottawa à la mi-temps pour fouetter les troupes?

Absolument rien. Généralement, je m’adresse au groupe, mais nous étions tellement concentrés à trouver des solutions à l’attaque que je n’ai pas eu le temps de le faire, a avoué l’entraîneur-chef Jamie Barresi, avec un sourire en coin. Peut-être que je devrais toujours me la fermer à partir de maintenant.

Les Gee-Gees ont joué de chance sur leur premier touché du match au troisième quart. La séquence a débuté avec une longue passe tentée par Ben Maracle vers Carter Matherson, interceptée par Cédrick Lavigne à une verge de la zone des buts.

Sur le jeu suivant, Nathan Carter avait la tâche de sortir les Ravens de la zone payante, mais a échappé le ballon, sur lequel est tombé Tramayne Stephen pour marquer le touché.

La défensive ottavienne s’est encore démarquée quelques instants plus tard. Réshaan Davis et Francis Perron ont joint leurs forces pour donner un deuxième touché à la ligne défensive. Le premier a forcé un échappé en réalisant un sac du quart avant de voir Perron s’emparer du ballon pour le porter sur 22 verges jusqu’à la zone des buts.

C’est gratifiant, c’est un moment qu’on n’oubliera jamais, a indiqué Perron, entouré des partisans des Gee-Gees qui se sont lancés sur le terrain dès les dernières secondes écoulées au cadran.

Les joueurs défensifs n’ont pas seulement marqué des points, ils ont aussi blanchi leurs adversaires pendant les 30 dernières minutes du match.

Quand tu fais des erreurs comme ça et que l'autre équipe en profite, c'est difficile mentalement. On s'est battu, mais c'était difficile sur le moral, a offert comme explication l’entraîneur-chef des Ravens de Carleton, Steve Sumarah.

On les a stoppés à chaque fois qu’on avait la possibilité de le faire [...] on a vraiment permis à notre offense de bien paraître, a mentionné Christopher Cyril, un demi défensif de première année.

Un changement de quart-arrière a aidé l’attaque des Gee-Gees à se mettre en marche au 4e quart. Matt Mahler est venu en relève de Ben Maracle, qui n’avait alors complété que 60 verges par la passe.

Le pivot recrue a remis le ballon d’abord à Jordan Burgher, puis à Donald Shaw, qui ont couru tour à tour dans la zone des buts.

C’est une victoire d’équipe. C’est sûr que là c’est la défensive qui est soulignée, parce qu’on a fait des gros jeux, mais on est comme le grand frère, qui aide le petit frère quand il a de la difficulté, a philosophé le coordonnateur défensif d’Ottawa après la rencontre.

Cinq minutes de célébrations

Les joueurs soulèvent leur trophée dans leur vestiaire.

Les joueurs des Gee-Gees ont reçu le trophée Pedro pour avoir gagné le match Panda 2019.

Photo : Greg Kolz

Sourie coach, on a gagné, a lancé un des joueurs des Gee-Gees à Barresi en rentrant au vestiaire.

L’entraîneur est réputé pour avoir un air stoïque. L’athlète a quand même réussi à arracher une pointe de sourire à l’homme de football, qui a lancé mi-blagueur que son équipe avait cinq minutes pour célébrer.

Après, il faut se remettre au travail et penser au prochain match, a insisté Barresi, dont le club est engagé dans une course pour participer aux matchs éliminatoires des Sports universitaires ontariens (SUO).

Ottawa a maintenant une fiche de quatre victoires et deux défaites, le contraire de celle de Carleton.

Les deux formations ont encore deux matchs à faire à leur calendrier régulier.

Ottawa-Gatineau

Football universitaire