•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La décroissance démographique, le grand défi des régions rurales du Nouveau-Brunswick

La décroissance démographique et le vieillissement de la population se poursuivent dans les régions rurales du Nouveau-Brunswick.

Photo : Getty Images / Hirurg

Radio-Canada

Les écarts démographiques se creusent au Nouveau-Brunswick. L’âge moyen de la population est particulièrement élevé dans les régions rurales francophones du nord de la province.

Les données de Statistique Canada font état d’une décroissance démographique dans plusieurs municipalités.

Tableau de la croissance démographique de certaines municipalités.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La croissance de la population dans certaines municipalités du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Les défis démographiques étaient au coeur des discussions samedi à la rencontre de l’Union des municipalités du Nouveau-Brunswick, à Fredericton. 

En plus des coûts considérables qu’une population vieillissante occasionne pour le système de soins de santé, la situation exerce une pression sur les recettes fiscales des municipalités. Celles reçoivent moins en impôts, car il y a moins de gens en âge de travailler.

Dans le nord du Nouveau-Brunswick, le nombre de jeunes de 14 ans et moins a diminué de 46 % au cours des 20 dernières années.

Dans ces régions, les entrées fiscales croissent moins rapidement et les taux d'imposition en général tendent à être plus élevés, indique Richard Saillant, un économiste et consultant en politiques publiques que les maires de l’Union des municipalités du Nouveau-Brunswick étaient venus entendre samedi à leur réunion annuelle.

Richard Saillant à Fredericton le 5 octobre 2019.

L'économiste Richard Saillant.

Photo : Radio-Canada

La province, ajoute l’économiste, a une certaine forme de péréquation, mais elle occupe une part plus faible des revenus totaux des municipalités qu’auparavant.

L’économiste précise que le vieillissement de la population dans le sud de la province progresse sensiblement au même rythme. Si les communautés du nord sont aujourd’hui plus vieilles, c’est qu’on y a fait plus d’enfants. 

Les collectivités comme Edmundston, Bathurst ou Miramichi sont plus âgées que bien des collectivités plus rurales dans le sud, mais ce n'est pas parce que les gens quittent davantage, c'est parce que le baby-boom était plus fort dans ces régions, parce que le baby-boom était plus fort chez les catholiques et le monde rural, explique-t-il. 

L’immigration est une solution souvent mise de l’avant pour répondre aux défis du vieillissement de la population, un peu partout en Atlantique. Non seulement les nouveaux arrivants, qu’ils proviennent d’une autre province ou de l’extérieur du pays, sont sur le marché du travail, ils sont souvent en âge de fonder une famille.

C'est déjà une situation qui se déploie, relate Richard Saillant. C'est une des façons d'améliorer la résilience économique de la région, mais ça ne règlera pas l'ensemble du défi démographique.

Il faut voir les défis sur une base régionale et locale, et non uniquement sur une base provinciale, dit-il.

D'ici quelques années, environ 40 000 emplois seront vacants au Nouveau-Brunswick.

D’après le reportage de Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Démographie