•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les francophones hors Québec n’ont pas pu convaincre Denise Bombardier

Denise Bombardier en entrevue.

Denise Bombardier a tourné cet été un documentaire en visitant les communautés francophones hors Québec.

Photo : Radio-Canada

Laïssa Pamou

Après avoir visité les communautés francophones du Manitoba, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick durant l’été dans le cadre du documentaire Denise au pays des francos, l’écrivaine et essayiste Denise Bombardier affirme que son opinion sur la présence du français hors Québec n’a pas vraiment changé.

En octobre 2018, Denise Bombardier avait déclaré à l’émission Tout le monde en parle lors d’un échange sur la francophonie avec l’ancien premier ministre Jean Chrétien qu’à travers le Canada, toutes les communautés francophones ont à peu près disparu.

Il en reste encore un peu en Ontario. Au Manitoba, je suis allée encore au mois de janvier chez les Métis, on ne parle plus français , avait-elle ajouté.

Ces propos avaient créé de vives réactions à travers le pays. De nombreux francophones les ont qualifiés « d’insultes » et de « mépris ».

Certains, comme Chloé Freynet-Gagné, indignés par les propos de Denise Bombardier, lui ont plutôt lancé une invitation.

Madame Bombardier, si jamais vous passez au Manitoba, j’irai prendre un café avec vous au Café Postal! C’est moi qui paye, écrivait Chloé Freynet-Gagné dans une publication Facebook le 22 octobre 2018.

« C’était risqué de ne rien faire »

La firme Manito Média, dont le siège social est situé à Winnipeg, a saisi la balle au bond et convié Denise Bombardier à un voyage à travers la francophonie hors Québec.

« On savait que Denise avait encore beaucoup plus à dire pour clarifier ses propos. C’était risqué de ne rien faire », déclare Charles Clément, producteur chez Manito Média, qui a produit le documentaire.

Selon lui, Denise Bombardier avait besoin d’expliquer les déclarations qu’elle avait faites, et les francophones hors Québec avaient eux aussi besoin d’un espace pour exprimer leur ressenti et leurs frustrations. Il affirme que le documentaire était le moyen par excellence de permettre à chacun de s’exprimer.

Lors de son passage au Manitoba, Denise Bombardier est allée prendre un café avec Chloé Freynet-Gagné. « Je lui ai dit combien ses propos avaient été blessants pour nous », dit Chloé Freynet-Gagné.

Elle ajoute qu’il était impératif pour elle de s’assurer que Denise Bombardier comprenne que la vitalité d’une communauté en milieu minoritaire ne se mesure pas uniquement au nombre de personnes qui parlent la langue.

Denise Bombardier a rencontré des Manitobains de différents âges et de différentes origines. En parlant avec ces derniers, elle s’est souvent reconnue dans leurs combats, leurs défis et les humiliations qu’ils ont subies.

J’ai été touchée par l’amour du français de certaines personnes de l’Ouest, dit-elle.

Je n’ai jamais douté de la vitalité de ces francophones, ils sont admirables dans leur lutte. Ils désirent ardemment que leurs communautés survivent et comptent sur le Québec.

Même si elle salue le combat de toutes ces communautés en situation minoritaire, elle ne change pas pour autant son opinion.

Au terme de ce voyage à travers la francophonie hors Québec, ai-je changé d’opinion? Pas vraiment, dit-elle. Une question demeure : serons-nous encore des francophones dans 50 ans?

Cette position ne surprend pas certains participants du documentaire. Derrek Bentley se définit comme un militant pour la langue française. Lorsqu’il a rencontré Denise Bombardier, son objectif était de lui expliquer qu’il existe une composante tout aussi importante de personnes qui parlent le français, qui aiment la langue française, mais qui ne sont pas des francophones de souche.

Selon lui, lorsqu’on évoque la francophonie, il est judicieux d’inclure tous ceux et celles qui veulent en faire partie nonobstant leurs origines ou celles de leurs parents.

Un homme et une femme à l’extérieur

Derrek Bentley croit qu’une bonne visibilité des communautés sur l’étendue du territoire fera tomber les barrières et permettra d’avoir une francophonie canadienne plus solidaire et forte.

Photo : Fournie par Derrek Bentley

Derrek Bentley milite pour que la définition de francophone au Canada en général, mais au Manitoba en particulier, soit la plus inclusive possible.

J’ai partagé ma vision avec Denise, dit-il. Elle m’a dit qu’elle comprenait, c’est certain, mais je ne pense pas qu’elle était nécessairement d’accord avec cette vision.

Elle m’a répété à quelques reprises que j’étais une exception , ajoute-t-il.

De mère britannique et de père canadien-anglais, Derrek Bentley est un produit de l’école d’immersion qui a choisi de vivre en français.

On a le droit d’avoir des perspectives différentes, dit Charles Clément.

Il soutient que l’un des objectifs du documentaire qui était de permettre à Denise Bombardier de découvrir ce qu’elle ignorait de la francophonie hors Québec a été atteint.

Moi, je ne suis pas d’accord avec tout ce que Denise pense et les gens dans les communautés non plus, dit-il, mais où l’on est d’accord, c’est qu’on adore notre langue, notre culture et il faut tout faire pour la préserver.

C’est dommage qu’elle n’ait pas changé d’avis après le tournage, dit Chloé Freynet-Gagné. La jeune Franco-Manitobaine est tout de même fière d’avoir défendu sa communauté devant Denise Bombardier. « Dans le documentaire, lorsque je vois des jeunes comme moi défendre leur manière de parler, ça me fait plaisir », dit-elle.

Une jeune femme debout dans une salle

« Je voudrais dire à Denise Bombardier que la qualité de la langue est définie par la fierté qu'on a à la parler, déclare Amber O’Reilly. Lorsqu’elle pose la question à savoir si nous serons encore des francophones dans 50 ans, je voudrais qu’on définisse qui est nous.»

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

Amber O’Reilly fait partie de ceux qui ont choisi de se déplacer pour visionner en groupe le documentaire qu'elle qualifie de « léger ».

« Le résultat final est plus important pour les Québécois, dit-elle, car nous n’avons pas besoin d’un documentaire pour savoir que nous sommes une communauté vivante. »

Des Franco-Manitobains qui ont assisté à la présentation du documentaire au Centre culturel franco-manitobain, vendredi, ont eu des réactions mitigées. Certains estiment qu'il ne fait qu'effleurer certains enjeux qui touchent la communauté francophone. D'autres se montrent plus enthousiastes à l'idée que la fierté de la francophonie soit mise de l'avant.

Des réactions mitigées au documentaire Denise au pays des francos

Visibilité

Derrek Bentley se réjouit de la visibilité que le documentaire donnera aux communautés francophones hors Québec.

Il espère que cette production est une première expérience qui donnera lieu à d’autres projets qui s’étendront aux communautés plus petites que celles du Manitoba, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick.

Il y a des communautés francophones très fortes partout au pays, dit-il. Les francophones de la Saskatchewan, du Nunavut, du Yukon, de la Colombie-Britannique sont très vibrants et ont besoin de visibilité.

Derrek Bentley estime qu’une bonne visibilité des communautés sur l’étendue du territoire ferait tomber les barrières et permettrait d’avoir une francophonie canadienne plus solidaire et forte.

Denise Bombardier sera sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche soir. D’après Chloé Freynet-Gagné, ce passage permettra aux Québécois d’en apprendre sur la francophonie.

Je suis convaincue qu’il y a de nombreux Québécois qui pensent comme Denise Bombardier, dit-elle; grâce à sa présence à Tout le monde en parle, beaucoup iront regarder le documentaire et comprendront que nous sommes bien vibrants dans notre communauté.

Manitoba

Société