•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Forestiers d'Amos fêtent leur 30e saison cette année

Un joueur de hockey dans un aréna.

Un joueur des Forestiers d'Amos.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Émilie Parent Bouchard

Les Forestiers d'Amos célèbrent cette année leur trentième anniversaire. Le club midget AAA constituait à l'époque le plus haut calibre de hockey dans la région.

Et c'est aujourd'hui une pépinière pour les deux clubs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec de la région, qui y trouvent non seulement des talents émergents issus de l'Abitibi-Témiscamingue, mais aussi des communautés autochtones de toute la province.

Luc Talbot, 81 ans, est préposé à l'équipement des Forestiers d'Amos depuis les tout débuts du club.

J'affile les patins, on s'occupe du stock, on lave le linge... On arrive deux heures avant le match et on prépare tout ça. On rencontre beaucoup de monde, ça fait du bien, c'est ben l'fun, mentionne Luc Talbot.

Un homme dans un aréna

Luc Talbot, 81 ans, est préposé à l'équipement des Forestiers d'Amos depuis les tout débuts du club.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Le président des Forestiers, Yves St-Laurent, indique que le club rendra hommage à M. Talbot pour son implication cette année.

Il est là depuis une trentaine d'années avec nous, mais c'est 50 ans de bénévolat au niveau du hockey mineur avec les Comètes, les Forestiers, c'est tout un exploit!, dit Yves St-Laurent.

Il mentionne aussi qu'une autre particularité démarque les Forestiers : la sélection de jeunes joueurs autochtones.

Ils viennent cette année des quatre coins de la province.

[Dans] l'édition 2019-2020, on compte cinq joueurs autochtones de quatre communautés différentes. Alors on a des Atikamekw, des gens de Kitcisakik, de Pessamit sur la Côte-Nord, du Nord québécois... Cinq joueurs, c'est arrivé une seule autre fois dans l'Histoire, se réjouit Yves St-Laurent.

Un homme dans un aréna.

Fred Kistabish est un pionnier du développement du hockey à Pikogan.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Pour Fred Kistabish, pionnier du développement du hockey à Pikogan, c'est très bien vu, la ville d'Amos, dans l'ensemble des communautés qui jouent au hockey.

Il dit que parmi les joueurs à surveiller, il y a l'attaquant innu Paul-Edward Vollant.

C'est la deuxième année qu'il joue ici et c'est un des piliers, mentionne Fred Kistabish.

Il est d'ailleurs l'un des derniers joueurs à avoir été retranché de l'alignement des Foreurs de Val-d'Or, qui, comme les Huskies de Rouyn-Noranda, envoient des recruteurs à Amos pour évaluer les meilleurs espoirs de la région.

Parmi les activités prévues cette année, un match le 8 décembre en présence d'anciens joueurs de l'équipe.

Abitibi–Témiscamingue

Hockey