•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Satisfaction face à la présence policière accrue au match Panda

Des policiers gardent un œil sur la foule présente dans les rues pour le match annuel panda.

Une forte présence policière a été mise en place pour le match annuel Panda.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Radio-Canada

Les résidents des secteurs de la Côte-de-Sable, du Vieux-Ottawa et du Glebe se sont réjouis de la plus grande présence du Service de police d’Ottawa (SPO) à l’occasion du match Panda samedi.

Lors des années précédentes, la traditionnelle partie de football opposant les Ravens de Carleton et les Gee-Gees d’Ottawa a été le théâtre de débordements.

On a eu de gros problèmes dans le passé, confie le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury. Mais cette année, les organisateurs ont investi pour éviter que cela ne se reproduise.

Il y a beaucoup plus d’organisation.

Mathieu Fleury, conseiller municipal

En effet, des agents du SPO étaient en poste pour surveiller de possibles agissements dangereux, introductions par effraction, consommation d'alcool et cas d'ébriété en public, ainsi que d'autres problèmes de désordre social, peut-on lire dans le communiqué.

L’avenue Russell était fermée afin que les étudiants venus assister à la partie convergent tous vers l’aréna de Sandy Hill en attendant le coup d’envoi.

Michelle MacAfee, qui habite le quartier depuis 12 ans, est satisfaite de la tournure des événements. [Les étudiants] s’amusent, mais il y a une bien plus grande présence policière, remarque-t-elle.

Une femme portant un chandail rose est assise sur son perron et elle sourit devant la caméra.

Michelle MacAfee est satisfaite de la présence policière dans son quartier.

Photo : Radio-Canada

Selon Mme MacAfee, la Ville s’améliore. Elle raconte qu’il y a quelques années, des étudiants étaient venus uriner sur son terrain et avaient laissé des débris derrière eux.

Outre la présence policière, des employés municipaux passeront derrière les fêtards pour ramasser les déchets et le verre brisé au courant de l’après-midi.

Malgré les progrès, la mère de famille est tout de même restée sur son perron toute la matinée, question de s’assurer que personne ne s’introduise dans sa propriété.

Un agent de sécurité donne un bracelet bleu à un étudiant.

Des agents de sécurité étaient également sur place, samedi.

Photo : Radio-Canada

Ces mesures ne semblent pas avoir eu d'impact sur l'ambiance. Même si quelques étudiants ont souligné que la foule était plus petite qu'à l'habitude, ¸¸ça restait une belle journée.

Liam Roche, étudiant à l'Université d'Ottawa, se dit content de voir que la Ville a trouvé une solution pour limiter le grabuge. Il affirme que les dispositions mises en place cette année sont plus sécuritaires et qu'elles sont bonnes pour la communauté et la réputation de l'Université.

En fin de compte, une quinzaine de personnes célébrant le match ont été transportées à l'hôpital, surtout en raison d'intoxication, selon le Service paramédic d'Ottawa. Une personne se serait aussi disloqué l'épaule. Le porte-parole des ambulanciers paramédicaux, Marc-Antoine Deschamps, estime que ces derniers étaient « prêts pour pas mal pire que ça ».

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !